Pahace_daS, champion FCOOP au mental

Le FCOOP 2017 a pris fin il y a trois semaines. Et s'il y en a un qui est très satisfait de sa quinzaine, c'est bien Pahace_daS. Vainqueur du Main Event pour un gain de 63 000 €, ce Breton prénommé Thomas de 25 ans a bénéficié d'un joli run sur ce tournoi, mais aussi d'adversaires parfois enclins à livrer un peu trop facilement leurs jetons, le tout doublé d'une préparation mentale qui a fait toute la différence dans la dernière ligne droite.

Voici donc les confidences d'un champion FCOOP ambitieux qui est tombé dans le poker quand il était petit. Depuis, les effets sont permanents chez lui. Je vous laisse savourer.

Comment as-tu découvert le poker ?

Pahace_daS : C'est mon père qui m'a fait découvrir le poker quand j'avais 13-14 ans. On regardait Patrick le vendredi soir sur Canal + ensemble. Je plaçais déjà mes premiers bluffs à ma mère à ce moment-là car elle m'obligeait des fois à aller au lit vu que l'émission finissait tard (vers 1 heure du matin) mais j'avais de bonnes lines bien construites ainsi qu'un bon allié, mon père !

J'ai commencé à jouer avec mes deux petits frères (12 et 8 ans) autour de la table du salon et nous misions quelque chose de bien plus cher à nos yeux que de l'argent, nos bonbons ! Je me rappellerai toujours de mon 1er cold 4-bet light avec 12 Pimousse + 3 Dragibus face à mon frère de 12 ans, mon coeur battait à 2000.

Quelles étaient tes ambitions avant le FCOOP 2017 ? Quel bilan tires-tu de ta série ? Avec la victoire sur le Main Event, il est forcément bon, non ?

Je n'ai pas spécialement focus sur le FCOOP, j'ai dû jouer une douzaine d'Events. Je faisais un gros focus sur la série du concurrent (coucou les W !). Je lançais également quelques tournois de l'autre deuxième gros concurrent de PokerStars et des Events FCOOP pour compléter ma session.

Mon bilan FCOOP est forcément bon, oui. Quel kiff de gagner le Main Event ! Surtout que je l'ai joué en freeroll, j'avais gagné un ticket après un podium sur un Monday Night on Stars. Plusieurs personnes étaient choquées de me voir aux tables dès le lendemain, mais j'avais une bonne excuse pour jouer : j'avais deux Day 2 à disputer sur la Room à l'épée en plastique. J'ai fini la session positif en ayant des objectifs de jeu pour éviter un relâchement/spew post grosse perf et ça m'a bien réussi car j'ai gagné un tournoi chez eux. Je n'avais pas capté sur le coup mais je venais de réaliser une Triple Crown online ! Un autre petit rêve que je m'étais fixé (sur 7 jours mais à cheval sur 2 semaines ça compte ?). Le kiff se prolongeait.

As-tu déjà une idée de ce que tu vas faire avec l'argent gagné ?

Oui, je vais utiliser cet argent pour investir dans pleins de projets que j'ai pour ainsi continuer à construire les chemins qui mènent à mes rêves ! Niveau poker, je vais en laisser une partie sur ma bankroll, investir dans du coaching technique avec deux top coachs Français, la crème de la crème à ce qu'il parait.

Je vais aussi améliorer mon mental en participant à un séminaire PMS (Poker Management System) en janvier à la montagne. Je suis déjà dans ce programme PMS, dirigé par Askinovitch (coach mental poker académie). Pour faire simple, c'est un programme de 6 mois qui combine développement personnel et approche du poker. Pour la Cool Story Bro, mon image sur PokerStars est Tony Robbins, un homme que j'admire (pour ceux qui ne le connaissent pas encore, direction le documentaire Netflix « I am not your guru »). C'est le top reg des coachs de vie. Il a notamment coaché Bill Clinton, la princesse Diana, Serena Wiliams, Leonardo DiCaprio, Mike Tyson, François Mitterand, Mère Theresa et Nelson Mandela.

Pour moi, Askinovitch est comme un petit Tony Robbins français à sa petite échelle. C'est un programme au top pour moi et qui m'a bien aidé en table finale. Je le recommande les yeux fermés. On y retrouve une communauté de 50 élèves avec des niveaux et des parcours différents qui font la richesse du chan sur lequel chacun partage son expérience pour grandir ensemble mentalement, techniquement et surtout humainement.

Concernant mon Day 2 du Main Event, c'était le 10ème soir d'affilé que je jouais, je n'étais pas habitué à un tel rythme. Ce fut très dur mentalement et physiquement, il est clair qu'un an en arrière je n'aurais jamais pu tenir.

Je compte aussi jouer un peu plus de live, en privilégiant les tournois en 6-Max. Je vais aussi faire profiter mes proches avec de jolis cadeaux de Noël et faire un beau voyage de 2 semaines en Thaïlande avec ma copine. J'aimerais aussi commencer à investir dans l'immobilier.

fcoop 2017.jpg

Est-ce qu'il y a eu un ou plusieurs coups clés dans tes tournois que tu aimerais partager avec nos lecteurs ? Peux-tu me les raconter ?

Oui, j'ai 3 coups clés dans le tournoi :

- Tournoi de 2 200 joueurs, on devait être encore 500 à ce moment-là, pas encore dans l'argent donc. Je me retrouve à payer une relance avec K♠J♠ au cut-off avec 25 blinds. Le flop vient 5♠6♠7♠. Je trouve ma couleur dans un pot à 5 joueurs, le kiff. Tout le monde check jusqu'au bouton qui mise la moitié du pot. La petite blind paye, la grosse blind se couche, tout comme le relanceur initial. Je décide de faire tapis et mes deux adversaires payent ! Là je m'attends à voir brelan chez l'un et 2 overcards avec l'as de pique chez le second mais pas du tout. Le bouton retourne 8♥9♠ pour quinte floppée et tirage quinte flush par le ventre et la petite blind retourne 3♦4♦ pour une quinte inférieure. Je triple donc mon tapis facilement, passant dans les hauteurs du classement avec mes 80 blinds.

- En table finale, le chipleader de petite blind relance sur ma grosse blind, je défends T♦9♠. Sur le flop 9♦7♦K♥, mon adversaire check/raise après ma mise de 40 % du pot. Je décide de payer car il n'y a aucun intérêt à relancer ici. La turn est le 2♠, il mise les 2/3 du pot. A ce moment-là, j'ai une grosse décision car vu que le board est rempli de tirages, il va souvent faire tapis river. Je décide de payer et de suivre mon plan à la river si une brique tombe. La River est le 4♣, il shove et je suis mon plan en payant instantanément. Le hero call est bon, il me montre J♥8♥ pour une gutshot au flop ainsi qu'un tirage couleur backdoor.

- Pendant le Heads-Up, on avait chacun 85 blinds. Je relance K♦6♦ au bouton, il me 3-bet, je paye. Sur le flop T♠3♦2♦, il effectue un continuation bet, je call. La turn est le 4♦, je trouve ma couleur et là il décide de faire tapis pour 2,5 fois le pot. Je paye dans la seconde, il venait de me faire une livraison premium UPS 1 jour ouvrable avec A♥J♦ ! Après ce coup, la victoire me tendait les bras. Je suis assez conscient d'avoir bien run pendant ce Main Event et d'avoir eu des tables digne du Big 5 € parfois.

Je voudrais aussi remercier Antho K., ma cagette sudiste préférée, qui m'avait sans trop le savoir donné de très bons conseils quelques semaines auparavant qui se sont révélés primordiaux en demi-finale et en finale quand j'ai dû faire le dos rond face à l'agression du Chipleader

Après ta victoire, ce n'était pas trop dur de trouver le sommeil ?

Si, mon sommeil était même plus dur à trouver que les blagues sans sexe de Comanche à la CP radio. J'avais tellement d'adrénaline dans le corps que je me sentais capable de courir un marathon à 5 heures du matin ! Après avoir gagné, j'ai passé des coups de téléphone à des amis pour extérioriser tout ça et enfin pouvoir relâcher la pression. J'ai finalement réussi à trouver le sommeil de 11 heures du matin jusqu'à 15 heures, ce qui a déréglé mon sommeil pendant quelques jours ensuite.

Tes résultats pendant le FCOOP changent-ils quelque chose à la façon dont tu vas aborder le poker à partir de maintenant ? Peut-être vas-tu jouer plus souvent et à de plus hautes limites ? Ou au contraire ne rien changer ?

Non, pas spécialement. Je vais aborder le poker toujours de la même façon, c'est-à-dire comme un sport où je donne le meilleur de moi-même à chaque fois que je m'assois à table, sans trop tenir compte du résultat à court terme.

Je vais quand même en profiter pour faire un peu plus de live. Online je vais jouer les mêmes limites les semaines qui arrivent. Je monterai de limites dans 4 à 6 mois après mes heures de coaching.

« Previous | Home | Next »

Archives