Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Bertrand « ElkY » Grospellier

ElkY Cover Image-thumb-450x300-324911.jpg

La star du poker tricolore raconte son expérience de joueur professionnel de StarCraft en Corée du Sud, sa passion pour les jeux, notamment pour Hearthstone, ou encore l'excitation qui l'envahit lorsqu'il se lance dans un streaming via Twitch.

Bertrand Grospellier a imposé son personnage, cheveux décolorés et lunettes de soleil exubérantes sont devenues sa marque de fabrique. Plus connu sous le nom d'ElkY, le Français est une figure reconnue sur la scène poker internationale. Membre du Team PokerStars, il trône tout en haut du classement français des gains en tournois, avec 13,5 millions de dollars de gains amassés en carrière. Il est surtout l'un des rares joueurs à avoir gagné trois titres majeurs. Dès 2011, ElkY avait complété la « Triple Crown » en remportant un bracelet WSOP après ses titres sur l'European Poker Tour et le WPT.

A 36 ans, le Français est un phénomène du poker online et du gaming. En 2009, il était entré dans le Livre Guinness des records en jouant 62 sit'n'go en l'espace d'une heure. Réflexes impressionnants, coup d'oeil et endurance maximale sont la marque de fabrique d'un gamer professionnel expérimenté.

Rencontre avec un passionné en marge d'un événement disputé au King's Casino de Rozvadov, en République Tchèque.

ElkY World Record-thumb-300x450-324905.jpgElkY en passe d'établir un nouveau record du monde en 2009

Avez-vous toujours eu une passion pour l'ordinateur et les jeux ?

Oui. Mon frère a 10 ans de plus que moi et il avait un ordinateur, ma soeur ne voulait pas jouer avec lui. J'ai pris la place et j'ai commencé à jouer avec lui à 3 ans. C'est comme ça que j'ai pris le virus de l'ordinateur même si j'aimais aussi beaucoup les jeux de plateau.

Avant de devenir une figure du poker, vous étiez un joueur professionnel en Corée du Sud, vous étiez parmi les meilleurs... comment avez-vous atterri là bas ?

J'étais venu visiter en 1999 et en 2000 puis je me suis installé en Corée en 2001 car c'était le seul endroit au monde où tu pouvais devenir un pro de StarCraft et gagner ta vie. Ils étaient tellement en avance au niveau du eSport, cela passait déjà à la télévision.
J'ai adoré vivre en Corée du Sud, la vie était vraiment fun. Séoul est une énorme ville, une capitale où tu peux tout faire. Si tu veux une coupe de cheveux à minuit c'est possible ! L'action est non-stop. C'était un rêve d'être payé pour jouer à des jeux vidéos, parfois il y avait 20 000 personnes et des gens vont te reconnaître dans la rue. Je me souviens d'une fois où je me suis retrouvé coincé dans le métro pendant une heure, assailli par les fans à signer des autographes. La Corée c'est unique, il y avait des fans plus ages. On parle de gens qui ont 40 ou 50 ans, c'est vraiment différent de l'Europe.

D'où vient votre surnom ElkY ?

ElkY était le nom de mon personnage dans un jeu de rôle, j'ai continué à l'utiliser dans d'autres jeux. Et puis les Coréens ont du mal avec mon véritable nom au niveau de la prononciation, c'était beaucoup plus facile pour eux de m'appeler par mon identité virtuelle.

Pourquoi le Y est en majuscule dans ElkY ?

Je pensais que c'était plus cool et plus symétrique.

Avez-vous appris le Coréen ?

Evidemment, je parle cette langue même si je suis loin d'être parfait. Je peux me balader en Corée très facilement et avoir une discussion. Vivre avec des Coréens a largement facilité mon apprentissage.

Combien de temps êtes-vous resté dans cette partie du monde?

Durant six ans. Lors des quatre premières années j'ai joué professionnellement à StarCraft. Quand je suis passé au poker, j'ai décidé de revenir à Londres. Dès 2006 je suis devenu un Team PokerStars Pro et il y avait tellement de tournois en Europe. Cela n'avait plus de sens de vivre en Corée et de faire l'aller-retour chaque semaine. C'était vraiment éprouvant donc je me suis installé à Londres en 2007.
Cela se passait bien au poker et je passais aussi beaucoup de temps sur la route, comme à l'époque de StarCraft. Et puis j'habitais dans une colocation avec des Coréens qui ont dû répondre à leurs obligations militaires, le service dure 26 mois... C'est là que j'ai décidé de focus complètement sur le poker et je suis devenu pro du poker durant une année avant de signer avec PokerStars.

ElkY PCA Win-thumb-450x300-324907.jpgElkY a remporté le PCA en 2008 pour un gain de 2 000 000 $

En 2015, vous avez rejoint une équipe pro de eSports, la Team Liquid, en tant que joueur de Hearthstone. Comment s'est déroulée la signature de ce deal ?

J'ai toujours été un énorme fan de cette équipe et je connais son fondateur depuis 2002 puisque c'était lui aussi un joueur de StarCraft à l'époque où je jouais en Corée. Nous étions restés en contact au fil du temps et ils m'ont offert cette opportunité en 2015.
J'avoue que j'ai peu joué à Hearthstone pour eux cette année car c'est un jeu qui nécessite un énorme investissement en temps. Le poker a pris une grande place et j'ai beaucoup joué en live sur les tournois. Mais j'ai hâte de pouvoir jouer à nouveau une compétition sous les couleurs de la Team Liquid.

Quelles sont les points communs entre Hearthstone et le poker ?

Ce sont des jeux où les informations sont incomplètes. Tu ne connais pas avec certitude le jeu de ton adversaire. Comme au poker, tu peux faire des suppositions en te basant sur ce que ton opposant a fait avant, comme au poker, il faut connaître les probabilités.
Il faut faire une estimation des cartes que détient ton adversaire ou savoir quelle est la probabilité de toucher un full house et ainsi de suite... C'est la même chose à Hearthstone, très souvent il faut faire un choix et prendre une décision qui augmente tes chances de succès. Dans ce jeu, il faut aussi prendre plus de risques quand tu es derrière. C'est un peu la même chose que lorsque ton tapis se réduit dans un tournoi de poker. Quand tu es short-stack tu prends plus de risques en faisant tapis.
Il y a beaucoup de choses en commun entre le poker et Hearthstone, la variance notamment.

Quelle a été votre sensation lors de votre première victoire sur un tournoi live de Hearthstone en 2016 ?

C'était vraiment génial. Cela faisait 8 mois que je pratiquais et que je passais juste à côté. Ce n'était pas la plus grosse compétition du monde mais il y avait de très bons joueurs dans cette compétition. J'ai donc ressenti cela comme un réel accomplissement et un encouragement à jouer plus, à m'inscrire à plus de compétitions.

Vous êtes régulièrement sur Twitch. Qu'est-ce-qui vous attire dans le fait de faire du streaming ?

J'adore véritablement l'interaction qui se met en place avec la communauté et les fans. C'est super fun de jouer au poker ou a des jeux et d'avoir un échange avec les spectateurs, surtout quand on sait que le poker reste un jeu individuel.
Avec Twitch, les gens restent parfois devant un écran à vous suivre jusqu'à 4 ou 5 heures du matin sur un gros tournoi, juste pour le plaisir de savoir à quelle place vous allez terminer. C'est un moyen génial pour faire découvrir le poker.
Mon meilleur moment sur cette plateforme c'est lorsque j'ai terminé 5e sur un tournoi des SCOOP (Spring Championship of Online Poker) à 2 000 $ l'entrée pour un gain de 70 000 $. C'était fou car tu peux voir que l'audience grandit en temps réel, il y a de plus en plus d'encouragements aussi. C'était vraiment excitant et définitivement le meilleur moment que j'ai vécu sur Twitch.

ElkY Twitch_13sept17-thumb-450x300-324909.jpgElkY en direct sur Twitch avec le grand spécialiste Jason Somerville

Que faites-vous quand vous ne jouez pas au poker ?

J'adore la course à pied. En ce moment je m'entraîne avec l'objectif de courir un marathon l'année prochaine. Je ne sais pas quel marathon en particulier, je me prépare juste pour être prêt pour la distance et j'espère bien en courir plusieurs ensuite.
A part cela, je passe du temps avec ma copine, je regarde la télé et je joue aux jeux vidéos. Même si je ne suis pas super assidu, je fais aussi du yoga avec elle... mon truc c'est plutôt la méditation plus que le yoga.
J'essaye de méditer chaque jour, surtout durant les périodes où j'ai beaucoup de choses à faire et lorsque je joue beaucoup, c'est une aide précieuse pour rester performant. Rester en forme avec la bonne préparation, c'est un des aspects les plus sous-évalués du poker... Aux WSOP tu peux te retrouver à enchaîner des journées de 10-12 heures, si tu n'es pas en super forme et que tu ne fais pas attention, la probabilité que tu fasses une erreur augmente très vite.

« Previous | Home | Next »

Archives