France et Espagne : nouvelle politique de prix, nouvelles possibilités

Fixer un prix est peut-être le plus grand défi auquel fait face une entreprise : quels sont mes coûts, combien mes clients sont-ils prêts à payer, comment le prix s'aligne-t-il sur la qualité de mon produit, quels sont les prix de la concurrence... Dans un monde dans lequel de nombreux services sont présentés comme gratuits - même si nous savons tous qu'il y a toujours un prix - les attentes et perceptions sur ce qui représente « le prix correct » changent rapidement.

C'est même encore plus compliqué lorsqu'il s'agit du poker. L'argent circule entre les joueurs, certains gagnent, et d'autres perdent. Certains peuvent ne jouer qu'un court moment tandis que d'autres peuvent « grinder » pendant des mois ou des années. C'est un écosystème vivant qui évolue avec le temps. Cependant, notre but est clair : trouver le juste équilibre entre générer des revenus suffisamment importants pour réussir en tant qu'entreprise et investir pour acquérir de nouveaux joueurs et faire grandir le jeu de manière durable (marketing, R&D, lobbying, régulation), tout en restant authentiques envers nos joueurs et en leur fournissant le plaisir et le challenge qui constitue une grande expérience de jeu.

pokerstars_logo_19Jan18.jpeg

En 2010, le lancement de la liquidité cloisonnée en France présentait quelques problèmes uniques. La France a le plus fort taux de taxation effectif au monde, ce qui ne change pas avec une liquidité fermée. Il s'agit du seul pays dans lequel l'impôt sur les Jeux d'Argent est prélevé sur les droits d'entrée et les enjeux plutôt que sur les profits ; L'Italie avait fait de même, mais a changé sa régulation en 2015. (en sus de cet impôt sur le chiffre d'affaires, la TVA est également prélevée sur les revenus du Jeu d'Argent en France depuis 2015.)

Quel en est l'impact ? Prenons les tournois par exemple, vous constaterez que cela génère des situations difficiles. Nous payons 2 % du prix d'inscription total comme impôt sur le Jeu, ce qui signifie :

  • Si nous prélevons 2 %, nous payons 100 % de ce prélèvement en impôts.
  • Si nous prélevons 10 %, nous payons 20 % de ce prélèvement en impôts, plus la TVA.

Les choses se compliquent encore plus pour le cash game, car nous devons payer l'impôt pour les coups disputés preflop alors que nous-mêmes ne prélevons pas de commission (rake). Cette façon dont l'imposition des Jeux d'Argent fonctionne en France signifie que nous payons un plus grand pourcentage en impôts s'il y a moins de joueurs ou si ces derniers pratiquent des enjeux plus élevés. C'est la raison pour laquelle notre politique de prix en France est différente pour le cash game, avec un prélèvement à 6,5 %.

Avec la réunion des joueurs Français et Espagnols, le moment est opportun pour réfléchir à comment améliorer la situation pour nos joueurs et trouver le meilleur compromis sans impacter négativement l'expérience de jeu.

Pour faire court, nous avons décidé d'adopter l'approche suivante pour les segments suivants :

- Cash games : nous avons adopté un prélèvement de 5,75 %, á mi-chemin entre les structures de prix Françaises et Espagnoles préexistantes, 6,5 % pour la France et 5,25 % pour l'Espagne, tout en introduisant de nouveaux plafonds pour les deux.

- Cash games Zoom : une structure proche de l'Espagne avec 5,25 % et des plafonds retravaillés. La structure complète pour ZOOM et les cash games est disponible sur cette page :

- Spin & Go : á l'exception des 8 % de prélèvement pour les buy-ins á 0,25 €, tous les Spin & Gos seront prélevés á 7 %, ce qui représente un rabais pour l'Espagne, et reste stable en France. Pour des raisons techniques, les pools de joueurs de Spin & Go resteront séparés pendant quelques jours.

- Tournois multitables : une augmentation de 9,5 % vers 10 % aura lieu dans les deux pays.

- Sit and Go: une augmentation est prévue en Espagne mais les prix resteront identiques en France, en particulier pour les tournois hyper turbo. Par exemple, le prélèvement sera de 5 % pour un Sit and Go avec un buy-in de 3 €, ce qui est le plus bas que nous pouvons offrir compte tenu du niveau d'imposition.

Fixer le montant des prélèvements au bon niveau se base sur les conditions du marché, la maturité des joueurs, la durée de vie de nos jeux, et ainsi de suite. Ces facteurs fluctuants impliquent que nous surveillions et apprenions comment tout s'imbrique dans le contexte de deux marchés en phase de fusion.

Je voudrais également profiter de cette note pour mentionner que les joueurs hors d'Espagne pourront rejoindre la liquidité Franco-espagnole en s'inscrivant sur PokerStars.es. Nous pensons qu'il est important d'apporter un coup de d'accélérateur á la liquidité au démarrage. Comme nous l'avons fait pour la France, cette situation sera réévaluée périodiquement et pourrait être inversée si le fardeau que cela fait peser sur les joueurs récréatifs l'emporte sur les bénéfices liés á ce surplus de liquidité.

Pour reprendre la célèbre citation du philosophe Grec Aristote, "Le tout est plus grand que la somme des parties." En matière de poker, l'exemple le plus récent concerne survient avec la fusion des marchés Français et Espagnols. La combinaison des deux permettra de trouver une partie plus facilement, produira des dotations plus élevées pour les tournois, et distribuera á nos joueurs des gains substantiels plus souvent.

Avec la liquidité partagée, nous pouvons offrir des garanties plus importantes pour nos tournois Sunday Special et Classico, et nous projetons d'offrir les FRESH Series (France Espania Hold'em Series) dotées de 5 millions d'euros garantis. Cela représente 2,5 fois le montant de notre plus importante Série en Espagne ! Nous sommes enthousiastes á l'idée d'offrir à nos joueurs plus de parties, de réduire les temps d'attente, et de créer des dotations plus importantes. J'espère que cette accroissement et amélioration de notre offre donnera envie au public de tenter sa chance au poker et que vous, nos joueurs existants, seront satisfaits de ces nouvelles possibilités. Et avec un peu de chance, ce n'est que le début avant que de nombreux pays ne rejoignent la France et l'Espagne pour créer une nouvelle Communauté Européenne du poker. Attention PokerStars.com : sois sur tes gardes !

« Previous | Home | Next »

Archives