Comment jouer au Strip Poker ?

strip_poker.jpg

Par Martin Harris

Les recherches et l'écriture de mon livre Poker & Pop Culture m'a permis de toucher à un nombre incalculable de sujets en rapport plus ou moins lointain avec le gambling. J'ai pu aussi mieux apprendre l'histoire de notre jeu favori... ainsi que des variantes que je n'aurais pas exploré autrement. Par exemple, sans ce livre, je n'aurais jamais appris les règles du Strip Poker !

Vous ne me croyez pas ? Vous vous demandez qui ne connaît pas les règles du Strip Poker ? D'ailleurs j'ai trouvé des traces de parties de Strip Poker dans les vieux films, déjà à l'ère du muet... et je crois qu'à l'ère de la webcam et du smartphone, il ne doit pas être bien compliqué de trouver une partie de Strip Poker online. Enfin c'est un ami qui me l'a dit !

En définitive, l'idée de jouer au poker en misant vos vêtements à la place de jetons ou du cash est aussi vieille que le jeu en lui-même. Il paraît donc raisonnable d'assumer que tous les joueurs de poker devraient connaître la mécanique du Strip Poker... et bien ce n'est pas le cas.

Les règles du Strip Poker sont plus compliquées que ce que vous croyez.

Le grand Edwin Silberstang a écrit 50 livres et plus sur le domaine du gambling et les jeux les plus populaires. Ces deux ouvrages « The Winner's Guide to Casino Gambling » et « Winning Casino Craps » ont été des bestsellers, des ouvrages considérés comme la bible des jeux.

silberstang.png« Playboy's Book of Games » par Edwin Silberstang

Parmi ses oeuvres, le succès du « Playboy's Book of Games » ne s'est jamais démenti. Edité pour la première fois en 1972, ce livre de Silberstang couvre de nombreux jeux de cartes comme le Rami, le bridge, le blackjack ou le poker. Silberstang parle aussi de paris sportifs, de backgammon et de craps.

Sans surprise, le livre est associé au magazine Playboy, Silberstang a consacré une section au Strip Poker. Alors que le No Limit n'a pas le droit à sa section propre, cette variante n'était pas encore la plus populaire, Silberstang consacre pourtant un chapitre au 7 Card Stud ou au 5 Card Draw.

La section dévolue au Strip Poker est très intéressante car Silberstang l'approche comme un jeu sérieux et n'enchaîne pas les sous-entendus graveleux. Il se penche sérieusement sur la question des pots partagés en PLO8 et explique ainsi que « dans une variante populaire », le vainqueur d'une moitié du pot « enlève un vêtement du haut » tandis que le vainqueur du Low « se débarrasse d'un vêtement du bas ».

L'auteur se plonge dans les règles, explique le déroulé d'un coup et guide les joueurs sur le choix des vêtements et l'ordre du déshabillage. Il parle même stratégie, proposant au dealer de bien regarder ce que son opposant porte sur lui avant de choisir la bonne variante. « Je ne joue en Lowball que face à des adversaires qui portent des collants, pas face à ceux qui porte des caleçons », rigole-t-il.

Tout ce teasing sur le Strip Poker doit déjà vous fatiguer, je vais donc vous partager les points les plus importants relevés par Silberstang.

Avant de jouer, assurez-vous que chacun connaisse les règles

Avant la première donne, il est important que tous les participants connaissent les règles de base du poker. « Avant une partie de Strip Poker, assurez-vous que chaque joueur comprend le jeu », recommande l'auteur.

Le Strip Poker n'est pas un jeu pour les gens timides et réservés. Se retrouver impliqué dans une partie sans comprendre comment se déroule un coup de poker traditionnel ne fera que vous mettre mal à l'aise...

Evitez le Stud, jouez en Draw

Il y a trop de rounds de mises lors d'une partie de Stud. Cela brise un peu la dynamique enjouée et chaleureuse d'une partie de Strip Poker. Si les joueurs décident en plus de payer jusqu'à l'abattage, « ceux-là se retrouveront sans leurs vêtements après quelques mains »... Or plus c'est long, plus c'est bon.

« Aussi, selon mon expérience, et après de nombreuses heures d'étude (on imagine le clin d'oeil de l'auteur qui s'est sacrifié pour son livre, ndlr), je recommande de jouer un poker de tirage pour jouer au Strip Poker », poursuit Silberstang.

Avec 4 tours d'enchères, le Hold'em est d'ailleurs problématique, surtout par rapport au Draw qui n'en propose que deux. Sortez couvert et ne finissez pas en slip dès la première main en ne jouant pas en No Limit.

On ne se rhabille pas

« Une fois qu'une pièce est retirée, il est interdit de la remettre », insiste l'auteur. Aussi, vous pouvez regagnez vos vêtements mais vous n'avez pas le droit de les porter ou de vous couvrir avec. Vous ne pouvez les utiliser que pour les miser, comme vous le feriez avec des jetons.

Chacun peut adapter les règles et décider de ne pas l'appliquer strictement. Voilà l'exemple parfait des points qui doivent être discutés avant l'entame de la partie.

Les vrais vêtements qui comptent

Le problème majeur de ce jeu est de savoir ce qui compte comme un vêtement. Une paire de chaussette est-elle divisible ou bien compte-t-elle pour une seule pièce ? Pour répondre à cette question cruciale, Silberstang précise qu'un vêtement « doit être porté par le joueur », ce qui implique par exemple « qu'une chaussure correspond à cette description mais un bandage ou un pansement non ». Silberstang écarte aussi les « lunettes, broches, boucles d'oreille, bagues, bracelets (WSOP ou pas, ndlr) et autres perruques ».

Plus tard, il revient même sur le sujet en évoquant la pince à cravate, les épingles à cheveux, les prothèses auditives et même les appareils dentaires, les excluant logiquement de la liste des vêtements qui comptent !

Il faut faire des choix et l'auteur les justifie. « Allez-vous tenter un énorme bluff pour gagner une des 28 épingles à cheveux de votre adversaire ? »

Les secrets d'un bon Strip Poker

Il y a tout et plus encore dans ce chapitre puisque Silberstang va jusqu'à nous suggérer l'ordre dans lequel il faut enlever ses vêtements. Pour lui, il faut se déshabiller du bas vers le haut (sauf dans les jeux de Hi-Lo mentionnés plus haut), ce qui empêchera les timides de ralentir le jeu en se demandant quelle pièce il faut enlever.

« S'il y a quatre joueurs et une ante sur le premier tour, il doit y avoir 4 chaussures dans le pot », détaille-t-il avant de préciser que les sous-vêtements s'enlèvent en dernier. On commence par le manteau.

Silberstang suggère de jouer avec une sorte de rake, sur chaque pot un vêtement est donc sorti du jeu définitivement. Un moyen de s'assurer que le jeu va bien aller vers son but ultime... et que les participants n'auront bientôt plus de vêtement à miser.

La fin de partie est généralement décrétée quand tous les participants sont nus. Silberstang parle d'une variante amusante, pour lui, « si la partie dure depuis plus de deux heures et que la majorité des joueurs décide d'en finir, tout le monde doit s'effeuiller ». De quoi passer d'un Strip Poker à un festival de striptease.

Cela me rappelle un film que j'ai vu dans le cadre des recherches pour mon live. Zeta One est une oeuvre psychédélique des années 60 où des aliens femelles débarquent d'Angvia pour enlever des femmes et repeupler leur propre planète. Il faudra un agent secret en mode James Bond pour stopper le complot... et ne me demandez pas pourquoi mais il y a une partie de Strip Poker dans le film !

Malgré cela, je vous avoue qu'on est dans de la série Z. La partie étant longue et peu intéressante, très loin du suspense de Casino Royale. « Nous avons joué deux heures et nous sommes de retour au point de départ », lâche même le héros, exaspéré en fin de scène. Une chose est sûre, les scénaristes n'avaient pas lu l'ouvrage de Silberstang et ses précieux conseils pour un Strip Poker mémorable.

« Previous | Home | Next »

Archives