Monday, 15th July 2024 02:09
Home / Tout comprendre sur les buy-ins au poker

Introduction

Que vous participiez à un Home Game, à une partie de poker en ligne avec de l’argent fictif ou à un grand tournoi de poker en direct, la première question à se poser est « Quel est le montant du buy-in ? ».

Mais qu’en est-il si vous ne savez même pas ce qu’est un « buy-in » ?

Il s’agit de l’un de ces termes de poker que l’on utilise tout le temps alors que sa signification est loin d’être évidente pour un débutant.

Dans cet article, nous allons repartir du début et définir le terme « buy-in » avant d’examiner son application dans les tournois et les cash games et enfin d’expliquer comment quelques concepts clés du poker s’articulent autour de la compréhension du buy-in.

Même si vous vous y connaissez déjà en buy-in, une petite révision peut s’avérer utile.

La gestion de la bankroll est essentielle pour devenir un bon joueur de poker, même si vous jouez uniquement pour le plaisir. Comprendre le rôle du buy-in est une étape importante vers une bonne gestion de votre bankroll.

Qu’est-ce qu’un buy-in au poker ?

La façon la plus simple de comprendre ce qu’est un buy-in, en particulier dans un tournoi, est de le considérer comme le droit d’entrée, la somme d’argent dont vous avez besoin pour vous asseoir à la table.

Lorsque vous payez votre buy-in, vous recevez un certain nombre de jetons avec lesquels vous faites toutes vos mises. Votre buy-in vous permet de payer ce tapis de départ, mais les jetons n’ont pas de valeur monétaire. Ils ne sont que des jetons de mise, dans le cadre de ce jeu, et n’ont aucune valeur en dehors du tournoi.

Ainsi, dans un tournoi dont le buy-in en argent réel est de 10 $, vous devrez payer 10 $ pour obtenir vos jetons de départ. Si le buy-in est de 1 000 $, vous devrez payer 1 000 $. S’il est de 1 000 jetons en argent fictif, vous aurez besoin de 1 000 jetons en argent fictif.

Jusqu’ici, ça paraît simple.

Cependant, dans un cash game, le buy-in est généralement indiqué sous forme de fourchette. Un « buy-in minimum » et un « buy-in maximum » sont indiqués sur chaque table. Vous pouvez participer à la partie en payant n’importe quel montant dans cette fourchette.

Ce buy-in est lié au montant des mises dans le jeu en question. Par exemple, dans le lobby de PokerStars, vous pouvez trouver une partie de No Limit Hold’em à 1 $/2 $, pour laquelle le buy-in est compris entre 80 $ et 200 $ (voir image ci-dessous).

Cela signifie que la petite et la grosse blinde de ce jeu sont respectivement de 1 et 2 $, et que vous pouvez vous y participer avec n’importe quel montant compris entre 80 $ (minimum) et 200 $ (maximum). Lorsque vous rejoindrez le jeu, vous aurez donc entre 40 et 100 grosses blindes dans votre stack.

De la même manière, si on prend l’exemple d’une partie à 25/50 $ avec un buy-in compris entre 2 000 et 5 000 $. Le même ratio de 40 à 100 grosses blindes s’applique (voir image ci-dessous).

N’oubliez pas que dans les cash games, les jetons que vous avez devant vous représentent une somme d’argent réelle et que vous pouvez généralement vous retirer et encaisser à tout moment. Vous pouvez également recharger vos jetons (en retirant un autre buy-in, par exemple) si vous perdez une partie ou la totalité de votre stack de jetons.

Les buy-ins dans les différents types de poker

Comme nous l’avons vu, dans le cadre d’un tournoi, il n’y a rien de compliqué en ce qui concerne les buy-ins. Le droit d’entrée est clairement indiqué et vous choisissez de payer ou non. Le seul autre facteur à prendre en compte est de savoir si le tournoi autorise les réinscriptions ou les re-buys.

Si c’est le cas, cela signifie que les joueurs éliminés peuvent donner un autre buy-in et revenir dans la partie. Certains tournois autorisent un nombre limité de re-buys, tandis que d’autres sont illimités.

Quoi qu’il en soit, votre buy-in est fixe. Il s’agit d’une somme d’argent X pour une quantité de jetons Y.

Dans les cash games, cependant, le montant du buy-in peut varier en fonction du type de jeu auquel vous jouez et du format de mise utilisé.

Si on prend le cas du Hold’em, il existe le Limit Hold’em, le Pot Limit Hold’em ou le No Limit Hold’em, où les montants des mises sont respectivement restreints, limités ou nuls.

Les montants des buy-in ont tendance à être plus élevés dans les jeux sans limite que dans les formats où les mises sont restreintes. Une partie de No Limit Hold’em à 5 $/10 $ sur PokerStars a une fourchette de buy-in de 400 $ à 1 000 $ (soit entre 40 et 100 grosses blindes), mais une partie de Limit Hold’em à 5 $/10 $ (où le montant des mises est limité à 5 $ avant le flop et lors du premier tour de mise après le flop, et à 10 $ par la suite) permet des buy-in de 100 $ à 150 $.

Les jeux tels que l’Omaha ou le 6+ Hold’em ont tendance à impliquer une plus grande variance, un plus grand nombre de joueurs pouvant voir le flop. Ces jeux permettent souvent des buy-ins plus importants.

N’oubliez pas que si vous jouez au poker sur PokerStars, la fourchette de buy-in autorisée est clairement indiquée dans le lobby des tournois, où vous devez également prêter attention aux termes « Short » et « Deep ».

Les jeux « Short » ont un buy-in minimum plus bas, ce qui vous permet de jouer avec un tapis plus court que ce qui se fait habituellement. Les tables « Deep », quant à elles, proposent un buy-in maximum plus élevé, ce qui vous permet de jouer avec un stack plus important que les autres tables.

Recommandations quant au montant des buy-ins

Quel est donc le bon montant de buy-in ? C’est une question très importante, à laquelle vous devez réfléchir attentivement.

Encore une fois, il faut séparer les tournois des cash games, bien que les processus de réflexion sous-jacents soient similaires.

La première question que vous devez vous poser est de savoir ce que vous pouvez vous permettre de jouer. Vous devez jouer au poker avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. Cette logique s’applique que l’argent provienne d’une bankroll de poker clôturé (dans ce cas, vous ne devez jamais mettre votre bankroll en péril lors d’une partie) ou que vous soyez un joueur récréatif, heureux de miser ce que vous auriez pu dépenser lors d’une soirée avec des amis, par exemple.

La plupart des professionnels du poker, ou toute personne prenant ce jeu au sérieux suggèrent de ne jamais mettre plus de 1 % de sa valeur nette sur la table dans une partie de poker donnée.

Si vous souhaitez participer à des tournois, vous devez trouver des parties dont le buy-in ne dépasse pas 1 % de votre bankroll de poker. L’ambassadeur de la Team PokerStars, Sam Grafton, a récemment déclaré au Blog PokerStars : « Même aujourd’hui, si vous me donniez 2 200 $, je n’irais pas jouer dans des tournois à 100 $ de buy-in. Je mettrais toutes les chances de mon côté en jouant plusieurs tournois à 22 $. »

Bien sûr, si vous jouez de manière récréative et que vous savez que vous pouvez facilement vous permettre de jouer un tournoi à 100 $ et de perdre ce buy-in, il n’y a rien de mal à le faire. Mais vous devez toujours accepter la probabilité qu’un buy-in de tournoi disparaisse, sans rien vous donner en retour.

Pour les cash games, la situation n’est que légèrement différente. La plupart des professionnels s’accordent à dire que le fait d’opter pour le buy-in maximum vous permet de jouer au meilleur de vos capacités. Ce n’est qu’avec un gros tapis que vous pouvez faire les bons jeux en vous basant sur vos lectures et vos compétences, plutôt que d’être influencé par les jetons qui se trouvent devant vous.

Toutefois, si vous êtes moins confiant dans un jeu et que vous souhaitez limiter vos pertes potentielles, il n’y a rien de mal à opter pour un buy-in d’un montant inférieur. Vous devrez peut-être être prêt à faire tapis plus facilement et vous devrez garder à l’esprit que vous n’obtiendrez peut-être pas la pleine valeur de vos grosses mains. Mais le seul moyen sûr de ne pas perdre d’argent au poker est de ne pas le mettre sur la table.

Si vous vous retrouvez à faire ce genre de calculs, vous devriez peut-être envisager de jouer une partie avec des blindes moins élevées, mais où vous pourrez opter pour le buy-in maximal.

Dans tous les cas, vous devez également penser à avoir des buy-ins en réserve pour pouvoir entrer à nouveau dans la partie si les choses ne se déroulent pas comme prévu. Nous sommes tous passés par là : la partie se passe parfaitement bien jusqu’à ce que vous ayez une mauvaise série de cartes et que vous perdiez vos jetons. Vous voulez cependant être en mesure de racheter des jetons et de reconstituer un stack de jetons. Assurez-vous d’avoir quelques buy-ins en réserve.

Pour résumer

Pour résumer, voici les points clés concernant les buy-ins :

À quels tournois à buy-in dois-je jouer ?

Si vous disposez d’une bankroll de poker clôturée et que vous prenez le jeu au sérieux, jouez des tournois dont le buy-in ne dépasse pas 1 % de votre bankroll. Si vous êtes un joueur purement récréatif, qui n’a pas de bankroll spécifique pour le jeu, pensez simplement à ce que vous pouvez confortablement vous permettre de perdre, et participez à des tournois avec ce niveau de buy-in. Environ 90 % des participants à un tournoi rentreront bredouilles et vous devez vous attendre à en faire partie.

Combien dois-je investir dans un cash game ?

Si vous voulez jouer au meilleur de vos capacités, investissez le maximum. Prévoyez également quelques buy-ins de réserve si vous devez compléter votre tapis. En revanche, si vous disposez d’un budget très serré et que vous avez des limites strictes sur ce que vous voulez jouer, tournez-vous vers une partie avec des limites plus basses, ou optez pour un buy-in proche du minimum et soyez prêt à abandonner si vous perdez.

Peu importe la partie, ne mettez sur la table que ce que vous pouvez vous permettre de perdre.

Articles liés

Derniers articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars