Thursday, 18th April 2024 17:45
Home / Un Guide en 4 Étapes pour Jouer en Tournois à Micro-enjeux

Passer du NLHE au PLO peut être décourageant. Avec quatre cartes fermées au lieu de deux, il y a beaucoup plus de combinaisons de départ et de pièges pré-flop et post-flop à déjouer. Voici quelques conseils pour vous aider à sauter le pas.

1. Vous avez (parfois) le droit de vous coucher sur des 3-bets

Hero ouvre dans le SB à 3BB avec 9774 . C’est une belle petite main de position finale et une main très ouvrable. Le BB mise 3BB à 12BB et nous voilà face à une décision délicate. Notre appel de 9BB représentera 9/24 soit 37,5 % du pot total, ce qui signifie que nous avons besoin de 37,5 % de part de pot pour récupérer notre argent et atteindre le seuil de rentabilité sur le call. Contre une main avec deux as et deux autres cartes aléatoires, notre équité est de 37 %, ce qui nous rapproche de notre objectif, mais le problème est que nous ne pouvons pas réaliser toute cette équité parce que nous sommes hors de position et que nous risquons d’être confrontés à une agression post-flop.

De plus, Vilain est susceptible de faire des 3-bet avec beaucoup plus de mains qu’avec les as. Alors, que faire face à ses mains « plus faibles » ? Contre AKJ7 avec une couleur cœur, nous avons encore moins d’équité (seulement 34 %).

Le fait d’être hors de position rend très difficile l’obtention d’un gain, même avec l’obtention d’un gros flop. De plus, nos couleurs sont très basses et peuvent être sujettes à ce qu’on appelle des cotes implicites inversées (lorsque le joueur a une bonne main au flop mais que Vilain en a une meilleure).

Hero devrait coucher cette main médiocre au 3-bet puisque trop de facteurs sont négatifs, même s’il est proche de son objectif d’équité.

2. Bluffer beaucoup ou rester passif

Dans les parties d’Omaha à faibles enjeux, les joueurs ont tendance à avoir deux choses en commun. Tout d’abord, l’Omaha étant un jeu de tirage, les joueurs sont obsédés par le fait de protéger leurs mains contre les tirages. Ils sont très susceptibles de commencer à miser et à relancer avec des mains fortes, laissant leurs ranges de contrôle et d’appel faibles. Une exception à cette règle serait lorsqu’ils checkent au relanceur pré-flop sur le flop ou à l’agresseur du flop sur le turn.

Hero call dans la grosse blinde avec 10965 lorsque BU ouvre à 3,5BB (pot). Le flop tombe sur J82 et les deux joueurs checkent. Le tournant apporte Ac] et Hero checke à nouveau. Ici, Hero veut avoir une fréquence de check élevée avec sa range parce que le tournant de l’As a tendance à favoriser le relanceur pré-flop. Le pot est de 7,5BB et Vilain mise 3,5BB. Hero relance à 12BB. Pourquoi ce semi-bluff est-il raisonnable ? Villain aurait certainement misé le flop avec des séries et des paires, probablement AJxx la plupart du temps. Sa range de mise au tour est extrêmement pondéré par des mains à une paire comme AKxx et AQxx. Les tirages pique nuts sont également susceptibles d’avoir misé le flop. Ce que nous avons ici, c’est un adversaire avec une range majoritairement plafonnée. Dans cette situation, tant que nous pouvons esquiver deux paires, notre fold equity devrait être bon. Nous pourrions jouer toutes nos séries de cette façon puisque nous contrôlons la plupart de notre range sur le tournant de l’As.

3. Contrôle du pot avec des surpaires sur des mauvais flops

Hero ouvre AA75 sur le CO. C’est une très bonne main de départ qui nous rapportera beaucoup d’argent dans cette position. Le BB call et malheureusement, le flop arrive et c’est un affreux J97 . La principale chose à voir ici, c’est que beaucoup des combinaisons de nos adversaires viennent de nous sauter dessus en termes d’équité. Contre certaines d’entre elles, nous faisons presque un drawing dead. Nous débloquons également un grand nombre de cartes qui forment des mains et des tirages monstrueux. Nous devrions être reconnaissants d’être en position et prendre une carte gratuite. Si le tournant est sûr, nous pouvons suivre une mise et nous pourrions envisager de miser pour nous protéger contre un second check, mais sur de nombreux tournants, nous serons très contents de ne pas avoir misé sur le flop.

Les joueurs de Holdem pourraient grimacer à l’idée de donner une carte gratuite sur un board aussi mouillé mais à l’Omaha, le tirage est roi et votre adversaire peut détenir des tirages qui vous mettent déjà en mauvaise posture. De plus, s’il relance certains de ces tirages, vous devrez vous coucher après avoir déjà investi de l’argent, ce qui est bien pire que de voir le tournant gratuitement et de se faire parfois descendre.

Lorsque de nombreux tirages ont raison de suivre votre mise au flop et peuvent parfois vous relancer, il est généralement préférable de ne pas miser des mains marginales sur des flops mouillés.

4. Attention aux mauvaises couleurs

Villain ouvre le BU à 3,5BB et Hero suit avec 8762. Le flop tombe sur Q99 et Villain mise 5BB dans 7BB. Hero décide de float, bien que ce soit marginal et que se coucher serait probablement une meilleure option avec un tirage aussi pauvre et rien d’autre en sa faveur. Le tournant est le 10 et c’est check-check. L’éventail de Vilain est maintenant plafonné et Hero prévoit de bluffer la plupart des rivières étant donné qu’il a très peu de valeur possible à l’abattage.

La rivière apporte le J qui complète quelques couleurs et quintes ainsi que quelques combinaisons de full pour l’éventail de Villain. Il est certainement possible qu’il ait relancé des combinaisons J9 sur ce tournant effrayant. Le point principal à comprendre ici, c’est que notre couleur reste une main faible. Cependant, le problème quand on check, c’est qu’il faudra checker/coucher et que nous manquerons la valeur des quintes. Hero décide de bloquer une mise de 5BB dans le pot de 16BB. Vilain relance à 19BB et Hero se couche automatiquement. Le problème de cette main est la surévaluation du tirage couleur au flop. Un mauvais tirage couleur sur un board pairé en PLO vous met dans une position très faible.

Articles liés

Derniers articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars