Jimmy Guerrero s’offre sa deuxième table finale sur un EPT

aot 20, 2022dansActus

JIMMY GUERRERO ATTEINT SA DEUXIÈME TABLE FINALE SUR UN EPT

On aurait espéré voir le franco-tunisien Maher Nouira sur cette table finale, mais son parcours s’est terminé à quelques encablures de l’ultime table de plus gros EPT de l’Histoire, en 11ème position, après un gros bluff contre Fabiano Kovalski, le brésilien qui s’était déjà chargé d’éliminer Kalidou Sow en 17ème place de cet EPT Barcelone la veille sur un bad beat de l’espace.

Pour Jimmy Guerrero, dans la zone rouge à l’entame de ce Jour 5, tout a démarré comme dans un rêve sur la table télévisée, qu’il ne quittera pas de la journée. Il parvient rapidement à doubler son tapis en trouvant une quinte avec 7-6 suité contre le As-Valet de Michael Pinto, tout l’argent part preflop, Jimmy pensant qu’il avait une dizaine de blindes alors qu’il en avait en réalité 13. Puis, il élimine l’arménien Tigran Harutyunyan dans la foulée en gagnant As-Dame contre As-Dix à tapis preflop et élimine également le brésilien Lucas Rocha sur un coin flip avec une paire de 3 contre As-5. Bilan des opérations, à la fin du premier level de la journée, Jimmy Guerrero a multiplié son stack par 8 et est de nouveau dans la course à la table finale.

Après s’être maintenu dans le milieu du classement pendant la mi-journée, Jimmy Guerrero fait doubler Kayhan Mokri, tombé alors à une dizaine de blindes, première étape vers une incroyable remontada du joueur norvégien qui va enchaîner double-up sur double-up pour redevenir énorme en jetons. Jimmy se retrouve à nouveau dans le bas du classement, trouve le moyen de doubler contre Patrik Jaros sur un nouveau coin flip As-Dame contre paire de 2 en bataille de blindes, trouvant une dame sur la turn au grand dam du clan tchèque dans le rail.

Revenu à 7,4 millions, il va disputer un nouveau coin flip contre Fabiano Kovalski, un coin flip qui peut le propulser tout proche du chiplead. Il couvre son adversaire de peu et part à tapis avec les 9, reshove par As-Roi chez Kovalski. Tout se passe comme sur des roulettes jusqu’au cruel Roi de coeur sur la river qui vient le crucifier.

Tombé à trois blindes, il parvient à tripler deux mains plus tard, et se sort d’une situation compliquée quand son As-8 de pique parvient à décrocher un split qui sonne comme un double-up contre le As-Valet de Patrik Jaros.

Riche en émotions, évoluant un peu seul face au rail en folie des deux brésiliens Fabiano Kovalski et Neville Mateus, Jimmy Guerrero aura été un peu aidé par le hero call du brésilien Kovalski sur la dernière main de ce Jour 5, pour s’incruster sur cette table finale, lui qui était devenu la cible idéale depuis qu’il s’était retrouvé short-stack.

Jimmy Guerrero atteint sa deuxième table finale EPT, et ce sur le plus gros EPT de l’Histoire, un Main Event qui a généré le chiffre complètement fou de 2 294 entrées. Ils ne sont désormais plus que 6 à pouvoir écrire l’Histoire ici à Barcelone, 1 français, 1 italien, 1 tchèque, 1 norvégien et 2 brésiliens.

Parmi eux, un seul des joueurs sur cette table finale a déjà l’expérience d’une table finale d’EPT. Et ce joueur, c’est notre français Jimmy Guerrero, qui avait terminé troisième d’une table finale d’anthologie sur laquelle 4 français étaient présents à Monte-Carlo en 2016 (Adrien Allain, Jimmy Guerrero, Pierre Calamusa et Antoine Saout). On se souvient que Jimmy ne s’était jamais remis d’un gros bluff que lui avait passé Adrien Allain.

Ils sont rares, les joueurs français à avoir atteint deux tables finales de Main Event EPT, ils étaient 8 avant que Jimmy Guerrero vienne les rejoindre dans club très fermé, Yorane Kérignard (qui en a même 3 à son actif), Bertrand « ElkY » Grospellier, Arnaud Mattern, Antony Lellouche, Nicolas Levi, Ludovic Lacay, Bruno Launais et le dernier en date, Rémi Castaignon, dont l’exploit remonte déjà à 2014, quand il atteignait la table finale de l’EPT Prague un an après sa victoire à Deauville.

Beaucoup plus expérimenté que lors de sa finale de 2016, Jimmy abordera cette table finale avec plus de confiance, malgré son statut de short-stack à la reprise. Comme il le confiait à Benjo en fin de journée, Jimmy fonctionnait beaucoup plus au feeling auparavant. Désormais, il prépare des stratégies plus précises pour chaque spot, il étudie, il fait ses devoirs, il n’est plus le livetard de ses débuts, même s’il continue d’utiliser la parlote, à la fois pour glaner des informations, et parce que c’est avant tout un showman dans l’âme.

Son expérience de cash-gameur high-stakes sera aussi un atout demain s’il arrive à doubler rapidement et à retrouver de la profondeur pour combattre. On se souvient qu’à Prague cette année, il remportait le dernier side event du festival et signait … sa première victoire sur le circuit. Visiblement, il n’arrivait jamais à conclure et peut-être que quelque chose s’est débloqué depuis ce premier titre. Il visera clairement la victoire demain et vu comment il respire la sérénité quand il a des jetons devant lui, il pourrait bien devenir un réel poison si tout se passe bien sur le début de journée.

Ce qu’il lui faudrait pour gagner, et j’espère que ce sera le cas, c’est un rail de qualité pour ne pas être étouffé par l’ambiance qui risque de règner sur cette table finale. Ce n’était pas arrivé depuis longtemps sur un EPT, et tout le monde avait l’air de s’en réjouir ici à Barcelone, mais le début de la table finale (de 9 à 6 joueurs left) s’est jouée dans une ambiance qui n’est pas sans rappeler les finales WSOP, et surtout quand des brésiliens sont là pour accompagner leur joueur. Des appels de cartes, des célébrations, des chants de supporters, bref, des émotions…

On ne demande que ça, d’être ému en assistant à cette table finale qui se poursuivra demain à partir de 12h30 au Casino de Barcelone, et à 13h00 pour vous sur le Streaming Live. La reprise aura lieu sur les blindes 125 000 / 250 000 avec Patrik Jaros dans le fauteuil de chipleader et Kayhan Mokri sur ses talons.

Derrière, l’épouvantail Fabiano Kovalski, qui s’est racheté avec ce superbe call de fin de journée alors qu’il avait bust notre Kalidou national sur une horreur, aura 52 blindes à la reprise, devant l’italien Giuliano Bendinelli (43 blindes) et l’autre brésilien Neville Mateus (40 blindes), alors que notre français Jimmy Guerrero fermera la marche.

Il y a un bon gros paquet d’oseille à aller chercher pour le vainqueur, 1 714 000 €, tandis que les joueurs sont déjà tous assurés de remporter 334 480 €.

Le chip-count à la reprise :

L’échelle des gains :


MICHAEL PINTO PRIVÉ DE DESSERT

Alors qu’il n’avait quasiment pas bougé une oreille pendant toute la table finale, se faisant grignoter petit à petit, Michael Pinto a tenté un bluff bien ambitieux qui a conduit à la fin de la journée sur ce Jour 5 du Main Event.

Le coup final de la journée commence par un open à 500k de Patrick Jaros avec 4♦4♣ au cut-off. C’est payé par Fabiano Kovalski, muni de A♣Q♣ au bouton. De grosse blinde, Michael Pinto défend avec Q♦J♦. Les trois joueurs checkent sur le flop K♠6♥3♠. Sur la turn K♦, Michael Pinto tente une mise à 350k. Patrick Jaros passe rapidement sa paire de 4, mais pas Fabiano Kovalski, qui juge que sa hauteur As peut être bonne ici.

Sur le 8♦ à la rivière, Michael Pinto continue de raconter son histoire, en mettant l’intégralité de ses jetons au centre du tapis, soit 2,4 millions. Avec 8 millions de jetons devant lui, Fabiano Kovalski va consommer ses derniers jetons temps et finir par call, pas vraiment persuadé d’avoir pris la bonne décision.

Et pourtant, Michael Pinto lui montre rapidement la bonne nouvelle en retournant ses cartes. Le rail explose de joie et Fabiano Kovalski également, il vient de faire un call qui n’est pas prêt d’oublier, un call courageux qui envoie les six derniers joueurs au Jour 6 de l’EPT Barcelone.

Jimmy Guerrero atteint ainsi sa deuxième table finale d’EPT après sa troisième place lors de l’EPT Grand Final 2016. Il sera le short-stack demain, mais tout reste possible avec un tapis pointé à 20 blindes. (Conclusion et présentation des finalistes à suivre)

Chip-count :


LES BELLES ÉMOTIONS DU POKER DE TOURNOI

Kayhan Mokri ouvre à 600k au Hi-Jack avec J♠4♠ en main. Au cut-off, Jimmy Guerrero découvre 9♦9♣ et pousse son tapis de 7,4 millions au milieu. La parole revient au bourreau des français, celui qui a éliminé Kalidou Sow et Maher Nouira, à savoir le brésilien Fabiano Kovalski, qui checke ses cartes et voit un beau A♦K♦, une main avec laquelle il décide de partir à tapis à son tour, couvert de peu par notre français. Kayhan Mokri folde sa poubelle et on assiste alors au coin flip d’une vie pour Jimmy Guerrero.

Sous les clameurs de la foule, le croupier déballe un flop 6♣10♥4♥, pas suffisant pour rassurer Jimmy qui ne veut pas voir les cartes tomber. Il est dans les bras de Thi Xoa Nguyen, qui fixe l’écran intensément. Un 5♣ tombe sur la turn, mais c’est un K♥ dévastateur qui tombe sur la rivière. Le clan brésilien exulte, tandis que Jimmy Guerrero ne pipe mot, retournant à sa place, bouillonnant mais ne laissant rien transparaître.

Il chute à 3 blindes après ce flip perdu, et envoie ce qu’il lui reste deux mains plus tard avec A♣7♥ au Hi-Jack. Fabiano Kovalski paye avec un A♦ – on ne voit pas sa deuxième carte – au bouton, et Michael Pinto paye également de grosse blinde. Pinto donk-shove son tapis de 2,1 millions avec J♠8♠ sur le flop 8♥10♣6♦.

Jimmy Guerrero va devoir améliorer, et c’est exactement ce qu’il fait en trouvant un A♠ sur la turn pour tripler et remonter à 2,6 millions, back in the game, même si toujours en danger.

Quelques mains plus tard, Jimmy Guerrero se retrouve encore à tapis avec A♠8♠. Il pousse son stack de 3,25 millions UTG et Patrick Jaros paye à sa gauche avec A♣J♣. Le croupier déballe un flop 2♣6♦7♠. La turn apporte un 6♣. On croît bien que l’aventure est finie pour notre frenchie et pourtant, c’est un 2♥ qui tombe sur la river.

Patrick Jaros exulte, pensant qu’il a gagné le coup, tandis que Jimmy a bien compris. Il vient de voir le bust de près, mais est toujours bien présent sur cette table finale de l’EPT Barcelone.

Level 32 : 125 000/250 000 – 250 000
7/2294 joueurs restants
Moyenne : 9 831 429 (39 BB)
Gain assuré : 257 330 €


GIMME GIMMY JIMMY

A la dernière pause de la journée, ils sont toujours 7 assis sur l’ultime table du Main Event et la journée se finira soit à la fin du prochain niveau, soit quand le 7ème aura pris la porte.

Peu avant la pause, Jimmy Guerrero a trouvé un moyen pour se replacer au chip-count en doublant aux dépens de Patrick Jaros en bataille de blindes.

De petite blinde, il pousse son tapis pour 2,9 millions avec A♥Q♥. Il se fait snap par le chipleader Patrick Jaros qui retourne 2♠2♦. Notre français va jouer un coin flip crucial pour sa survie dans le tournoi.

Le brésilien et son rail appellent en coeur un « 2 » tandis que seule Thi Xoa Nguyen semble supporter notre tricolore. Le flop 3♥8♠J♣ fait pousser des hurlements au clan brésilien, qui continue d’appeler « Deuce, deuce, deuce ». Ils s’interrompent un moment, le temps que le croupier révèle une merveilleuse Q♣ sur la turn, puis reprennent en coeur sur la river, qui sera finalement un anecdotique 4♣.

Jimmy Guerrero prend un grand bol d’air avec ce double-up alors qu’il était dernier au chip-count. Ca méritait bien un petit bisou de sa chérie Thi Xoa Nguyen !

Quelques minutes plus tard, il va encore prendre un petit coup à Patrick Jarros pour pointer à 7,4 millions à la pause.

Level 32 : 125 000/250 000 – 250 000
7/2294 joueurs restants
Moyenne : 9 831 429 (39 BB)
Gain assuré : 257 330 €

Chip-count à la pause :


GREAT SCOTT !

On ne va pas se le cacher, c’est la grosse surprise de ce table finale. Voir Scott Margereson, le joueur le plus titré du field restant, vainqueur d’un WPT et trois fois finalistes WSOP, sortir à la 7ème place a de quoi surprendre, vu qu’il faisait partie du duo de tête avec 13 millions avant le dinner-break.

La raison est somme toute assez simple, il a perdu le plus gros pot du tournoi contre Kayhan Mokri juste avant la pause-dîner, un coup dont on parle encore dans les couloirs ici à Barcelone.

Sous le pistolet, Fabiano Kovalski ouvre à 350k avec A♠J♠. Assis à sa gauche immédiate, Scott Margereson porte les enchères à 900k avec Q♠Q♥. Kayhan cold 4-bet à 2,075 million depuis le bouton avec K♠K♥ et seul Margereson accepte l’invitation.

Sur le flop 9♦5♠4♠, Kayhan Mokri propose une petite mise à 925k (avec environ 6,5 millions derrière). Scott Margereson décide de check/raise à tapis avec son overpaire et se fait snap call par son opposant.

Pas de miracle pour Scott Margereson qui se rend alors au Burger King de Barcelone avec 2,9 millions. Son Steakhouse Burger sera sans doute plus facile à digérer que ce coup qui le précipite dans la zone dangereuse puisqu’il reviendra du dinner-break avec 14 blindes.

C’est finalement une défense de blindes avec un tapis réduit à 7 blindes qui va conduire à sa perte. C’est encore contre Kayhan Mokri que ça se passe. Mokri ouvre à 400k au Hi-Jack avec Q♥J♦. Margereson paye de BB avec 10♠8♣. Il donk-shove sur le flop 6♥J♥9♣ qui lui donne tirage quinte par les deux bouts. Fort de sa top paire, Mokri ne se pose pas de question et s’acquitte de la somme instantanément.

Deux cartes anodines tombent sur la turn et la river et Scott Margereson doit donc quitter l’EPT Barcelone à la 8ème place, repartant avec un beau billet de 198 000 €, lui qui possède déjà plus de 2 millions de doillars de gains en carrière.

Chip-count à 7 joueurs restants:

Level 32 : 100 000/200 000 – 200 000
7/2294 joueurs restants
Moyenne : 9 831 429 (49 BB)
Gain assuré : 257 330 €


L’AUTRICHE NE GAGNERA PAS SON PREMIER EPT

Dès le retour du dinner-break, une main de mutant a conduit les 8 derniers joueurs de cet EPT Barcelone à valider leur ticket pour la table finale officielle du plus gros EPT de l’Histoire.

UTG+2, Michael Pinto ouvre à 425k avec J♠J♣ et 8 millions de stack. A sa gauche, Paul Fischill 3-bet à 1 900k (avec 600k derrière) avec A♣K♦. Patrick Jaros découvre K♥K♣ et 4-bet à 9,6 millions (pour mettre à tapis le relanceur initial). Michael Pinto folde rapidement sa paire de valets et Paul Fischill ajoute les miettes demandées.

La meilleure main preflop conserve son avantage sur le board 2♠10♥5♦6♠7♥ sur lequel Patrick Jaros et son rail appellent un 2 sur la turn.

Dernière nation avec aucune victoire sur un EPT en lice ici à Barcelone, l’Autriche perd son prétendant Paul Fischill en 9ème position, bullant donc la table finale officielle de cet EPT Barcelone, repartant tout de même avec un beau billet de 152 310 € pour se consoler.

On connaît donc les huit finalistes du plus gros EPT de l’Histoire et notre Jimmy Guerrero national est encore dans la course, ils sont déjà tous assurés de remporter 198 000€.

Level 32 : 100 000/200 000 – 200 000
8/2294 joueurs restants
Moyenne : 8 602 500 (43 BB)
Gain assuré : 198 000 €

Les sortants de la journée :


DINNER-BREAK

On a décidé de partir en dinner-break pendant qu’ils sont encore 9 dans le temps réel. La période de pré-table finale dure depuis maintenant près d’une heure. On a bien failli perdre Kayhan Mokri, mais il a finalement doublé aux dépens de notre français Jimmy Guerrero, son K♠5♥ s’améliorant face au A♦2♥ de Guerrero en bataille de blindes, alors qu’il avait shove une dixaine de blindes.

Après ce coup, Jimmy Guerrero chute à 5 millions, à l’arrière du peloton de ce 9 left, tandis que Kayhan Mokri, après un début de journée très compliqué, entame une remontée fantastique, doublant ensuite avec K♥K♦ contre J♦9♥ chez Michaël Pinto sur un flop 9♦6♠3♦. Michaël Pinto a défendu de grosse blinde, puis a check/raise sur le flop, avant de payer le 3-bet à tapis du joueur norvégien pour 3,7 millions.

Chip-count au dinner-break :

A la reprise on en sera là :

Level 32 : 100 000/200 000 – 200 000
9/2294 joueurs restants
Moyenne : 7 646 667 (64 BB)
Gain assuré : 152 310 €

LES FRANÇAIS QUI ONT PERFÉ SUR LES SIDE EVENTS DE L’EPT BARCELONE

Alors qu’ils sont toujours 9 sur la pré-table finale du Main Event, faisons un point sur les français qui se sont illustrés sur les Side Events de l’EPT Barcelone.

En tête du contingent tricolore, on trouve en toute logique Miroslav Alilovic pour sa victoire après un deal à deux sur le 2K€ Estrellas High-Roller pour 512 650 €, sur un tournoi massif qui a engendré 2 173 entrées.

Ils ne sont d’ailleurs que deux français à avoir gagné une épreuve sur le festival, l’autre, c’est Julien Sitbon, qui s’est imposé sur le 2 100 € Hyper-Turbo Freezeout pour 46 800 €.

On notera également la présence de Johann Zeitoun dans ce Top 15 des meilleures perfs tricolores, « seulement » 47ème du 3 000 € Mystery Bounty, mais qui a eu la magnifique surprise de chatter le Bounty Mystère à 250 000 €.

A noter également le superbe festival d‘Isabelle Balthazar, qui avait atteint la table finale du Main Event ici-même à Barcelone en 2011 (8ème pour 73 000 €). La joueuse a terminé deux fois runner-up sur les Hyper-Turbo du soir, pour un total de gains de 77 080 € sur le festival.

Les meilleures perfs des français sur les Side Events de l’EPT Barcelone :

Vous pouvez également retrouver tous les résultats complets des Side Events, et les photos des vainqueurs des épreuves, dans le post ci-dessus.

Tous les vainqueurs des Side Events de l’EPT Barcelone :


C’ÉTAIT PAS LE JOUR DE LA SAINT-VALENTIN

Après la sortie de Valentin Cristea en 10ème position de cet EPT Barcelone, le roumain partant à tapis avec 4 blindes et K♠7♣ contre le A♣6♣ de Patrick Jaros. Un K♥ apparaît sur le flop pour offrir une top paire au joueur roumain et un nouvel espoir, mais la turn est un A♠ qui donne l’avantage à Patrick Jaros, avantage qu’il conservera sur la river.

Valentin Cristea empoche 117 140 € et ne deviendra donc pas le premier roumain à remporter un titre EPT. Ils ne sont donc plus que neuf au moment du grand rassemblement sur l’ultime table de cet EPT. Pour rappel, la « vraie » finale, c’est à 8 left.

Cette pré-table finale démarre sur les blindes 60k/120k – 120k avec une moyenne à 64bb. Les joueurs sont déjà tous assurés de remporter un minimum de 152 310 € et Jimmy Guerrero, notre dernier frenchie en lice, se retrouve 5ème au chip-count.

Composition de la dernière table de cet EPT Barcelone :


LES MALHEURS DE MAHER

Alors qu’il avait doublé quelques minutes plus tôt aux dépens de Bruno Pega avec deux Dix contre As-Valet, conduisant à l’élimination de l’argentin dans la foulée en 12ème position, Maher Nouira a malheureusement griffonné la feuille de match. Enfin, non, pas vraiment, il a surtout « posé les couilles sur la table », comme il l’avait déjà fait tant fait dans le tournoi, mais cette fois, il est tombé sur un os en la personne de Fabiano Kovalski, l’homme qui avait déjà mis fin au tournoi de Kalidou Sow hier soir.

En bataille de blindes, Maher limpe et voir Fabiano Kovalski checker sa grosse blinde.

Sur le flop K♦8♥6♣, Maher check/call les 150k posés par son adversaire.

La turn J♠ provoque une nouvelle mise de Kovalski et notre frenchie check/call à nouveau, pour 375k cette fois.

C’est sur la river Q♣ que Maher va décider de transformer son 9♦9♠ en bluff après le troisième barrel à 700k de son adversaire Maher check/raise all-in pour 1 785k. Fabiano Kovalski, qui joue sensiblement le même stack que notre franco-tunisien, prend plusieurs cartons de Time Bank avant de faire un call gagnant avec K♥10♠ pour top paire.

Maher Nouira échoue à la 11ème place de cet EPT Barcelone, récoltant 117 140 € en guise de récompense, son troisième ITM de suite sur un Main Event EPT, lui qui a également terminé 78ème sur le Main Event de l’Estrellas (après un énorme 5-bet à tapis avec Roi-Dame contre les As) et 142ème du High-Roller de l’Estrellas.

Même s’il écrivait « Tunisie » sur son sac, Maher Nouira m’expliquait au Jour 2 qu’il était en train de faire les papiers pour obtenir sa double nationalité, et semblait ravi de faire partie des français d’adoption tout au long de ce tournoi, lui qui évolue sur le circuit des tournois live parisiens depuis très longtemps.

Ils ne sont donc plus que 10 joueurs encore en lice sur cet EPT Barcelone, tous assurés de remporter 117 140 €. Dès qu’un joueur sera éliminé, ils seront regroupés sur l’ultime table du plus gros EPT de l’Histoire.

Level 30 : 60 000/120 000 – 120 000
10/2294 joueurs restants
Moyenne : 6 882 000 (57 BB)
Gain assuré : 117 140 €

Chip-count à 10 joueurs restants :


PETERSON MACHADO 13ÈME DE L’EPT BARCELONE

On vient de perdre un autre brésilien en la personne de Peterson Machado. Dans une bataille de blindes, Paul Fischill limp avec 5♦2♦ et c’est checké par Peterson Machado avec 9♠7♠.

Sur le flop 5♥6♦Q♦, Paul Fischill check, puis paye le tapis de 700k de Peterson Machado avec la troisième paire et son tirage carreau. Peterson Machado va devoir améliorer pour gagner le coup, et n’y parvient pas, ni sur la turn J♠ ni sur la river 10♠.

Peterson Machado prend la 13ème place de cet EPT Barcelone et repart avec un beau chèque de 97 650 € pour sa plus grosse performance en carrière. Il ne reste donc plus que deux brésiliens dans la course à la succession de Marcelo Simoes Mesqueu, vainqueur du dernier EPT à Monaco.

Level 29 : 50 000/100 000 – 100 000
12/2294 joueurs restants
Moyenne : 5 735 000 (57 BB)
Gain assuré : 97 650 €


962 880 € POUR LE VAINQUEUR DE L’EPT HIGH-ROLLER

John Juanda et Erik Seidel comme à la maison à Barcelone

Pendant que le Main Event continue d’être l’attraction de ce samedi, on garde un oeil sur l’EPT High-Roller dont le Jour 2 a démarré dans la salle du Casino de Barcelone avec encore 241 joueurs, sur les 530 entrées comptabilisées sur l’événement. Encore une fois, la fréquentation est au rendez-vous même sur les High-Roller sur cette édition 2022, vu qu’en 2019, seulement 403 entrées avaient été comptabilisées sur le tournoi remporté par Chris Hunichen.

Le vainqueur de l’épreuve repartira avec un chèque de 962 880 € et 79 joueurs entreront dans l’argent, sécurisant un minimum de 17 020 €.

Le chipleader au départ du Jour 2 n’est autre que le français Jacob Amsellem avec 684 000 jetons. Ils sont d’ailleurs encore 20 français en lice aujourd’hui, dont beaucoup de short-stack.

D’ailleurs, si vous cherchez tous les résultats des Side Events, c’est par ici.

Les 20 français encore dans la course sur l’EPT High-Roller :

Chip-count complet à la reprise :


13 LEFT À LA PREMIÈRE PAUSE DE LA JOURNÉE

A la première pause de la journée, ils ne sont déjà plus que 13 en lice sur cet EPT Barcelone. Nous avons perdu Lucas Rocha sur un coin flip A♠5♠ contre 3♥3♣ chez Jimmy Guerrero sur la table télévisée, le brésilien n’avait plus que 8 blindes devant lui quand il a mis en jeu son tournoi.

Le grand gagnant de ce premier level est notre frenchie Jimmy Guerrero qui est passé de 1,1 million à 7 millions en 1h20 de jeu. En plus des deux éliminations dont il est responsable, il a également doublé sur Michael Pinto (en tout début de journée) et a pris un gros pot avec J♣10♣ contre A♣K♠ sur un tableau 9♥5♣3♥8♠J♠ où il s’était fait grassement payer son tirage sur la turn avant de chatter river.

Chip-count à la pause :

Les sortants du premier niveau de la journée :


JIMMY EN MODE GUERILLERO

Alors qu’on pouvait logiquement imaginer que Jimmy Guerrero pouvait bust dès les premières minutes de jeu, le voici à 4 millions de jetons après seulement une trentaine de minutes de jeu.

Dès les premières minutes du stream, Jimmy Guerrero saisit le spot pour envoyer ses 13 blindes (1,1 million) au milieu avec 8♣7♣ UTG+2. Le chipleader Michael Pinto réfléchit trente secondes avec A♠J♦ et finit par payer.

Jimmy Guerrero se lève pour observer le croupier retourner un board 9♦6♦10♠4♥Q♦ où il trouve directement une quinte sur le flop pour doubler et se replacer à 2,4 millions de jetons.

Quelques minutes plus tard, Scott Margereson ouvre à 175k au cut-off, Tigran Harutyunyan pousse son tapis de 1 245k avec A♥10♦. Jimmy Guerrero annonce instantanément All-in de petite blinde avec A♦Q♣. Scott Margereson passe rapidement et notre français est en position idéale pour éliminer le premier joueur de la journée.

A l’issue d’un board 5♦3♥5♥6♦4♥ sur lequel Jimmy plaisante sur le fait qu’un split lui irait en découvrant la turn, Tigran Harutyunyan est éliminé en 16ème position de cet EPT Barcelone.

Quant à Jimmy Guerrero, il réalise le meilleure début de journée de ce Jour 5 et pointe désormais à 3,78 millions de jetons.

Sur l’autre table, nous avons perdu l’un des plus grands noms restants dans le field, Jack Salter, runner-up de l’EPT Grand Final remporté par Antonio Buonanno en 2014. Il a poussé son petit tapis de 1,3 millions avec Q♣10♣ et s’est fracassé contre K♥K♠ chez le chipleader de la table secondaire Patrick Jaros. On perd donc le plus gros palmarès de ce Jour 5 de l’EPT Barcelone, Jack « La Salière » Salter, 8,5 millions de dollars de gains en carrière + 81 450 € pour cette 15ème place sur le plus gros EPT de l’Histoire.

Level 28 : 40 000/80 000 – 80 000
14/2294 joueurs restants
Moyenne : 4 915 714 (54 BB)
Gain assuré : 81 450 €


JIMMY GUERRERO ET MAHER NOUIRA EN MISSION SUR LE JOUR 5 DE L’EPT MAIN EVENT

Nos deux français sont encore dans la course à 16 left sur le plus gros EPT de l’Histoire. Voici la composition des deux dernières tables du Main Event, que l’on suivra aujourd’hui. La reprise a lieu sur les blindes 40 000 / 80 000 – 80 000 et vous serez bien informés ici et sur le Streaming Live avec Benny & Yu des progrès de nos français et de l’avancée du tournoi.

Seat-Draw au départ du Jour 5 :

Chargement...

Prochain Article

Chargement...