PokerStars Festival Lille : coup de projecteur sur la scène poker tricolore, des légendes et des jeunes aux dents longues

ElkY main-thumb-450x300-319447.jpg

Les Français ont toujours aimé les jeux de cartes. En fait, le poque, un vieux jeu de cartes impliquant aussi bien le bluff que la réflexion, est pour beaucoup l'ancêtre du poker.

On raconte que le jeu est arrivé aux Etats-Unis via des émigrants français qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans... et qu'il s'est peu à peu transformé en poker, tout en gagnant du terrain sur tout le territoire nord-américain où il est devenu un passe-temps national, une véritable culture.

Il était donc totalement logique pour PokerStars de s'arrêter dans l'Hexagone à l'occasion du PokerStars Festival. C'est à Lille, presque au centre de l'Europe, que le nouveau circuit PokerStars s'arrête pour une étape estivale.

Lille centre-thumb-450x300-319438.jpgLes joueurs éliminés pourront visiter Lille, une ville qui regorge de coins magnifiques

Le Casino Barrière de Lille accueille les joueurs de toute l'Europe du 15 au 23 juillet pour un festival qui propose une garantie de 1 million d'euros !

Rendez-vous sur le Main Event pour prendre votre part du prizepool, il y aura au moins 600 000 € à se partager mais l'affluence devrait permettre de dépasser cette garantie. Le High Roller à 2 200 € l'inscription propose lui une garantie de 200 000 € alors que la PokerStars Cup Lille garantit elle un prizepool minimum de 100 000 €. Même bourse garantie sur le PokerStars Super Deep à 550 € l'entrée !

En pleine forme en ce moment, le Team PokerStars Pro Bertrand Grospellier sera bien évidemment de la partie. « Je suis très excité de revenir jouer en France sur un festival PokerStars, encore plus depuis qu'il manque de gros tournois sur notre territoire. L'âge d'or est passé car il y avait bien 4 ou 5 tournois incroyables chaque année », se réjouit ElkY.

Joueur tricolore le plus connu à l'intérieur et à l'extérieur des frontières, le roi du multi-tabling online est aussi le plus gros vainqueur français en MTT live. Avec sa deuxième place sur le WSOP One Drop 2017, ElkY cumule désormais 13,4 millions de dollars de gains en tournois live.

En signant son plus gros gain en carrière à l'occasion de cette place de runner-up, Grospellier a mis un monde entre lui et ses poursuivants... qui vont donc devoir se retrousser les manches.

Il a fallu 14 ans à Bertrand Grospellier pour assurer cette dominance sur le poker hexagonal. Joueur professionnel de StarCraft en Corée du Sud, ElkY a découvert le poker en 2003 sur les conseils d'un ami.

Passionné et pas effrayé par les heures à passer devant un écran, Bertrand est arrivé sur une scène hexagonale riche de quelques champions comme Fabrice Soulier (plus de 6 millions de dollars de gains et un bracelet WSOP), Bruno Fitoussi (un régulier du circuit depuis le début des années 90, vainqueur du World Head's Up Poker Championship 2001 en battant Amarillo Slim) ou encore la légende de Poker After Dark, le spécialiste du cash-game David Benyamine.

Très ambitieux et travailleur, ElkY n'a pas ménagé ses efforts pour se hisser dans l'élite du poker français... avant de rapidement devenir l'homme à battre.

Des performances capitales

Bruno-thumb-300x450-319440.jpgBruno Fitoussi, un des pionniers du développement du poker en France et véritable légende vivante

Après avoir fait ses armes sur Internet, Bertrand Grospellier va vite se frotter aux meilleurs. La Mecque du Live était alors l'Aviation Club de France (ACF). Ouvert en 1907 sur la mondialement célèbre Avenue des Champs-Elysées, ce club d'abord exclusivement réservé aux aviateurs va progressivement introduire les jeux de table comme le baccarat et le chemin de Fer à ses adhérents en costumes.

Situé au 104 de l'avenue parisienne, ce club de gentlemen va profiter des efforts de Bruno Fitoussi pour enfin ouvrir des tables de poker... en 1995. Le Français à la coupe Afro va devenir le patron du poker et ce jeu excitant va largement séduire les clients.

Malgré un espace réduit et une atmosphère confinée, l'ACF va accueillir le World Poker Tour dès 2003... pour la saison d'ouverture. Le tournoi deviendra une référence et plus de dix ans plus tard, les témoins de la finale racontaient encore les envolées du Lituanien Antanas Guoga, alias Tony G !

Malgré son savoir-faire, celui qui est devenu député européen s'inclinera finalement contre un professionnel britannique plus silencieux. Pour ce succès de prestige, Surinder Sunnar encaissera 679 000 €.

L'épisode qu'en tirera le WPT, diffusé aux Etats-Unis sur la chaîne Travel Channel, a marqué les esprits et permettra au tour américain de lancer son développement vers les sommets. Malgré un braquage durant le festival, l'ACF en profitera aussi pour développer son image internationale.

Que vous soyez en Angleterre ou en Ecosse, à Atlantic City ou à Las Vegas, la plupart des joueurs à votre table ne connaîtront probablement que ce club de cartes désormais fermé...

Les requins du monde entier n'ont pas non plus oublié l'époque où ils venaient plumer des joueurs français plus novices... mais qui ont vite rattrapé leur retard grâce à une pratique assidue et un style déroutant pour des joueurs classiques.

Texas Hold'Em, PLO ou stud, les juteux cash-games de l'ACF ont marqué des générations de joueurs. S'asseoir à une partie de cartes du célèbre club parisien faisait alors partie de la liste des souhaits de chaque joueur de poker !

Panneaux en bois, chandeliers et œuvres d'arts aux murs servaient de parfait décor pour des parties où les plaques s'échangeaient frénétiquement. Une époque magique aujourd'hui révolue puisque l'administration a mis fin à l'aventure en 2015.

Un raid de la police en pleine nuit et une fermeture administrative définitive six mois plus tard laisseront 213 employés sur le carreau et de nombreux réguliers le cœur brisé par la fin d'une atmosphère si particulière...

C'est l'oeil humide que Bertrand Grospellier se souvient de cet endroit légendaire du poker mondial : « C'est là que j'ai joué au poker en vrai pour la première fois. Jusque-là, je ne jouais qu'avec des amis dans la cuisine en Corée... donc c'est un endroit spécial pour moi. Bruno Fitoussi a fait énormément pour le développement du poker en France, notamment en démarrant l'offre poker à l'ACF. J'ai beaucoup apprécié jouer au poker à Paris, c'est vraiment dommage que cela ait du fermer », explique le Français.

Un monde bling-bling

Deauville_28Jun17-thumb-450x300-319443.jpgGrâce au circuit EPT, Deauville a longtemps été une des destinations phare du poker en France

En dehors de l'ACF et de Paris, Deauville a toujours eu une place à part dans le poker hexagonal. L'European Poker Tour venait quasiment tous les ans pour terminer l'année près de la plage...


Autre destination phare de l'EPT, la French Riviera et la Côte d'Azur avec Monaco et sa Grande Finale mais aussi Cannes avec le Partouche Poker Tour. Ces trois destinations de rêve ont permis aux amateurs de se donner un but à atteindre et des tournois de prestige à jouer.

Depuis la disparition de ces trois monstres, la scène du poker live tricolore « a beaucoup évolué » selon ElkY qui restera à jamais le premier joueur à avoir atteint les statuts de Supernova et Supernova Elite sur PokerStars. Les anciens du poker live tricolore comme Paul Testud, toujours recordman du nombre de places payées pour un joueur de l'hexagone, ont pu voir arriver de jeunes joueurs sur ces différents tournois.

De Sylvain Loosli à Antoine Saout en passant par Ludovic Lacay, Benjamin Pollak ou encore Gaëlle Baumann, les joueurs venus d'Internet vont peu à peu occuper presque toute la scène. Les pros comme Alex Luneau ou Sébastien Sabic vont même aller défier les plus grands joueurs mondiaux sur les plus grosses tables de cash game. Les Erwann Peêcheux, Adrien Allain, Alexandre Réard ou Paul-François Tedeschi font eux partis de la nouvelle génération !

ElkY n'a pas voulu citer de joueur en particulier. « Il y a vraiment une tonne de joueurs français talentueux, je ne crois pas que cela serait très sympa d'en sortir un en particulier. J'ai quand même bien l'impression que Romain Lewis connaît une ascension fulgurante. Il a un futur brillant devant lui », a finalement lâché Grospellier.

Le jeune homme de 21 ans, gagnant de l'ultime édition de La Maison du Bluff et par là même vainqueur d'un contrat de sponsoring de plusieurs mois avec PokerStars, a réalisé son plus gros coup lors du PokerStars Championship Monte-Carlo en terminant deuxième du tournoi à 1 100 € l'entrée.

Après un deal en Heads up avec l'Allemand Andres Klatt, le jeune Bordelais aujourd'hui expatrié à Londres a encaissé 127 000 € en avril dernier. Il y avait plus de 1200 joueurs sur ce tournoi toujours très populaire...

Avec plus de 500 000 $ de gains et un seul voyage aux World Series Of Poker à Las Vegas, Romain Lewis entre tout juste dans le Top 100 des joueurs français en tournois live... ElkY le voit assurément monter plus haut !

Romain pourrait bien revenir à Lille où il était présent l'an passé pour l'ultime édition du France Poker Series... la crème de la crème du poker tricolore s'est déjà donnée rendez-vous dans le Nord du pays !

Accessible depuis toute l'Europe, il est possible de venir en train de la station londonienne de St Pancras aussi bien que de la Gare du nord à Paris ou de Bruxelles, l'étape lilloise du PokerStars Festival devrait réunir des passionnés de nombreux pays. Les qualifications ont déjà débuté sur Internet et plus de 700 joueurs devraient participer au tournoi principal.

A la frontière de la Belgique, la cité à l'architecture du XVIIe siècle abrite de nombreuses rues piétonnes et quelques jardins. La place centrale est à visiter absolument, avec des copains joueurs ou en couple.

« J'ai vraiment hâte d'explorer la cité, sa culture et son architecture, dès que je saute des tournois », termine ElkY. Deux fois demi-finaliste sur les dernières éditions des Main Event PokerStars Championship, Bertrand Grospellier aura-t-il le temps de faire du tourisme ?

All-time French money list (au 29 juin 2017)

1er Bertrand Grospellier 13 387 867 $

2e David Benyamine 7 291 655 $

3e Fabrice Soulier 6 282 053 $

4e Sylvain Loosli 6 104 518 $

5e Antoine Saout 5 533 941 $

6e Roger Hairabedian 4 830 133 $

7e Ludovic Lacay 3 272 754 $

8e Benjamin Pollak 2 962 227 $

9e Bruno Fitoussi 2 808 521 $

10e Adrien Allain 2 726 717 $

« Previous | Home | Next »

Archives