Friday, 21st June 2024 13:08
Home / COVERAGE EPT PRAGUE – MAIN EVENT JOUR 4

ANTOINE SAOUT ACCÈDE À LA TABLE FINALE DE L’EPT PRAGUE

Antoine Saout atteint sa deuxième table finale EPT

Je me souviens encore de cette année 2009 où la France du Poker avait découvert Antoine Saout lors de sa table finale sur le Main Event des WSOP, du bluff qu’il avait claqué contre Phil Ivey ou de ce bad beat mémorable infligé par le futur vainqueur Joe Cada. Parti à tapis preflop avec les Dames contre les 2 dans un énorme pot, Tonio a alors l’occasion d’éliminer l’américain et de disputer un heads-up contre le joueur le plus faible de la table finale, l’amateur Darvin Moon. Le titre lui tend alors les bras, et Joe Cada prive le français du plus prestigieux des titres du poker mondial. A cet instant précis, on se demande si l’on reverra Antoine Saout perfer à nouveau sur le circuit, s’il avait eu un énorme coup de chance, si c’était SON one time.

Depuis, Tonio en a fait du chemin, accumulant les perfs sur le circuit live, avec notamment une table finale sur l’EPT Monte-Carlo 2016, une 3ème place sur un gros 25 000 $ du côté des Aussie Millions et surtout une deuxième table finale sur le Main Event des WSOP huit ans plus tard, en 2017, finissant 5ème pour un gain de 2 millions de $ (après avoir terminé 25ème de l’épreuve en 2016 !).

Bref, le joueur anciennement sponsorisé Everest Poker possède un palmarès long comme le bras, avec 8 perfs à 6 chiffres et deux à 7 chiffres. Comme le rappelait Yu aux commentaires à l’issue de la journée, Antoine Saout est le seul joueur de cette table finale qui a déjà gagné sur un tournoi plus que le prix de la première place de cet EPT Prague, 1 054 500 €. C’est dire s’il a l’expérience nécessaire pour briller demain.

Sur ce Jour 4, qu’il avait atteint grâce à un splendide one-outer infligé à Pascal Lefrançois avec les Dames contre les As à tapis preflop, Antoine a beaucoup bataillé contre le chipleader du Jour 3, Luigi d’Alterio, disputant de nombreux coups 3-bet contre lui, dont un où il trouve 2 paires river pour repasser devant le joueur italien et empocher un gros pot. Après s’être value cut 2-barrels contre ce même italien qui l’attendait avec les as en main, Antoine s’est retrouvé card dead, jusqu’à la main salvatrice de cette fin de Jour 4.

Après un open du roumain Ionut-Flavius Voinea, Luigi d’Alterio décide d’isoler le short en partant à tapis avec Roi-Valet suité de petite blinde. C’est à ce moment-là qu’Antoine Saout découvre deux Rois et se fait un plaisir d’engager ses jetons au milieu. Il double ainsi son tapis et se relance pour finir la journée avec un tapis décent de 2,7 millions de jetons, 46 blindes à la reprise.

Antoine aborde cette table finale avec beaucoup de confiance, surfant sur son bon run actuel en live, où il a notamment dealé deux tournois en octobre, le High-Roller du GUKPT Londres pour £34 350 et un Side Event à 2 000 £ sur l’EPT Londres où il était venu en voisin, et ce contre le même adversaire à chaque fois !

On l’imagine presque blasé d’atteindre une nouvelle TF, et pourtant, c’est toujours la passion du poker qui anime Tonio après tant d’années de succès sur le circuit. Il confesse espérer faire beaucoup mieux qu’à Monaco, où il n’avait rien pu faire en TF, mais où il regrettait des demies où il avait « perdu son stack dans des spots à la con » et surtout d’avoir raté l’occasion de taper le carton avec Jimmy Guerrero, Adrien Allain et Pierre Calamusa sur le dernier jour du tournoi.

Quand je demande à Antoine de qui il a peur sur cette table finale, il cite tout de suite l’espagnol Gomez Zapatero avec qui il a joué plusieurs fois et qu’il estime très compétent. Il se réjouit d’ailleurs de l’avoir vu perdre pas mal de jetons contre le joueur italien sur la fin de journée. Il a également vu le roumain Paul-Adrian Covaciu sur la table finale du Main Event des WSOP-E il y a quelques semaines et sait que le joueur bulgare Petar Kalev est très fort. Quant au chipleader Jordan Saccucci, il l’a, comme nous autres, trouvé très tight et a conscience qu’il a surtout monté ses jetons sur des gros setups.

Bref, vous l’aurez compris. Antoine Saout est prêt pour cette nouvelle table finale de prestige sur cet EPT Prague. Il a l’expérience pour lui et sera sans doute le moins affecté par l’enjeu. Après la table finale de Hugo Pingray et Yannick Cardot à Monte-Carlo et celle de Jimmy Guerrero à Barcelone, on se réjouit de retrouver encore un de nos représentants en table finale pour, qui sait, tenir un 12ème vainqueur EPT français et un successeur à Nicolas Dumont, vainqueur à Monte-Carlo en 2018.

La table finale démarre demain à partir de midi sur les blindes 30k/60k pour une moyenne à 4,2 millions. Le plan des organisateurs est de faire tomber le field à 4 joueurs restants, pour que la dernière journée soit très rapide et permette à tout le monde de regarder la finale de la Coupe du Monde.

On se prend aussi à rêver que la table finale puisse se terminer demain, mais ça, ce ne sont que des spéculations, en tout cas, soyez au rendez-vous, ça promet !

La composition de la table finale :

L’échelle des gains :

Fabrice Bigot, 11ème de l’EPT Prague

Les résultats de la journée :

SIMON LOFBERG PRIVÉ DE DESSERT

Simon Lofberg, 10ème de l’EPT Prague

On imaginait logiquement que le jeu à 10 joueurs restants allait s’éterniser après le dinner-break, à cause de l’enjeu d’atteindre pour beaucoup une première table finale sur un Main Event EPT.

Et pourtant, il aura suffi d’une quinzaine de minutes pour connaître l’identité du joueur privé de dessert, qui avait tout pour accéder au Jour 5, mais devra se contenter d’aller fêter sa 10ème place de l’EPT Prague ce soir au Darling … ou ailleurs.

Sur les blindes 30k/60k, l’action démarre avec une ouverture à 140k de Petar Kalev au cut-off avec 88 en main. De petite blinde, le suédois Simon Lofberg pousse son tapis de 1,4 millions avec A10. De grosse blinde, le chipleader Jordan Saccucci a une occasion en or de clore les débats avec AQ mais décide finalement de sagement passer.

Ce n’est pas le cas de Petar Kalev qui paye, couvrant largement son adversaire avec son tapis de 3,5 millions.

C’est donc sur un coin flip que s’achève cette journée ici à Prague à l’issue d’un tableau 9379K favorable au bulgare Petar Kalev. Simon Lofberg signe la plus belle performance de sa carrière live et remporte 74 950 € pour cette 10ème place de l’EPT Prague.

Les neuf finalistes du Main Event se congratulent et rangent les jetons qui leur serviront demain à écrire la grande Histoire de l’EPT. Deux joueurs ont déjà vécu ce moment parmi eux, Javier Gomez et notre frenchie Antoine Saout, qui entamera la table finale avec le 6ème tapis.

CONCLUSION À VENIR …

Chip-count de la table finale :

DÉFONCÉ PAR LE RUN

Fabrice Bigot, 11ème de l’EPT Prague

Avec 81 blindes à l’entame du dernier level, on n’imaginait clairement pas que Fabrice Bigot puisse rater cette table finale de l’EPT Prague. Et pourtant, après s’être fait, de son propre aveu, « défoncé par le run », notre frenchie est finalement éliminé aux portes de la table finale, sur la dernière main avant le dinner-break, en 11ème position de cet EPT Prague.

Au moment de sa sortie, déçu mais lucide sur cette belle performance, Fabrice nous confiait ne pas avoir de regrets, et estimait qu’il ne pouvait rien faire contre le scénario écrit sur ce dernier level.

Fabrice Bigot a fait doubler trois fois l’ambassadeur PokerStars Parker Talbot, avec 22 contre JJ quand le canadien avait 5 blindes, puis avec As-7 de carreau contre paire de 2, puis avec les 8 contre les 10, dans un pot où il a flat un raise avec les 8, puis payé le squeeze à tapis du canadien pour 20bb.

L’élimination de Fabrice Bigot s’est produite en bataille de blindes juste avant la pause-dîner alors que les autres joueurs de la table étaient déjà partis pour se restaurer.

Après une relance à 170k de Petar Kalev avec JJ, Fabrice Bigot décide de 3-bet à 450k avec 1010 et un tapis d’une quarantaine de blindes. Le bulgare qui couvre de très peu le français envoie son tapis et c’est snap par Fabrice Bigot, qui découvre la mauvaise nouvelle.

A l’issue d’un tableau K79A5 que le français regarde debout, Fabrice Bigot doit quitter la scène, la tête haute, après une prestation de classe mondiale sur cet EPT Prague.

Après une année folle où il a accumulé les places payées un peu partout en France et en Europe, Fabrice Bigot remporte 74 950 € pour cette belle place d’honneur sur l’EPT Prague.

Le jeune français ne cachait pas ses ambitions pour la suite. « L’objectif maintenant, c’est de jouer les High-Rollers, j’aurais juste gagné un peu de temps si j’avais été plus loin. » Quand on pense qu’il a commencé le poker il y a cinq ans en partant de freerolls… « J’ai déposé 15 € que j’ai perdu. J’ai redéposé 15 € que j’ai encore perdu. Je me suis dit qu’il fallait que j’apprenne, j’ai récupéré plusieurs livres d’Harrington et j’ai étudié comme à l’école. Je faisais des fiches avec les mains à ouvrir, j’ai vu qu’on pouvait gagner de l’argent via des freerolls, j’en ai fait un où j’ai dû finir 2ème ou 3ème, et c’était parti … »

Cinq ans plus tard, Fabrice Bigot nous a fait vibrer comme jamais sur cet EPT Prague qui réussit souvent bien aux français et devrait rapidement revenir sur le devant de la scène tant il a semblé à l’aise dans ce field.

A la pause-dîner, il ne reste donc plus qu’un français sur l’EPT Prague, Antoine Saout, qui a trouvé un double-up sur le dernier niveau, avec les Rois contre Roi-Valet suité chez l’italien Luigi d’Alterio.

Retour des joueurs à 21h30 sur les blindes 30k/60k pour une moyenne à 3,8 millions.

Chip-count au dinner-break :

SUR LEBOR DE LA ROUTE

Benjamin Lebor, 13ème de l’EPT Prague

Un coup complètement fou vient de se produire à 13 left sur cet EPT Prague, conduisant à l’élimination du dernier britannique en lice sur le Main Event, Benjamin Lebor.

Tout commence par une ouverture à 110k de Laszlo Pilhofer avec QQ en main et un stack de 2 millions. Benjamin Lebor découvre KK UTG+1 et place un 3-bet à 245k (avec 3,2 millions de stack). Comme dans un rêve, Jordan Saccucci découvre AA de grosse blinde et opte pour un cold 4-bet à 675k (avec 5,1 millions de stack).

Laszlo Pilhofer, qui est clairement sur son one time, parvient à folder sa paire de Dames, tandis que Benjamin Lebor se contente de payer avec ses Rois.

Sur le flop Q86 qui aurait donné le brelan max à Laszlo Pilhofer, Jordan Saccucci propose une mise de continuation à 900k.

Si l’on imagine pendant quelques dizaines de secondes que Benjamin Lebor va trouver une porte de sortie, il finit par envoyer son tapis, payé instantanément par le joueur canadien.

Un 10 offre un peu de suspens sur la turn, mais la river 7 permet à Jordan Saccucci permet à Jordan Saccucci de passer huge chipleader du tournoi à 12 joueurs restants avec 8,5 millions de jetons.

Après la victoire de Ian Hamilton sur l’EPT Londres, l’Angleterre s’arrête cette fois en 13ème position avec la sortie de Benjamin Lebor, qui repart de l’EPT Prague avec 62 450 € et un goût amer dans la bouche.

LE POINT PALMARÈS DES PAYS RESTANTS

A 13 joueurs restants sur l’EPT Prague et alors que le Canada, la Roumanie et la France peuvent placer deux représentants sur la future table finale, profitons-en pour regarder un peu le palmarès des pays encore en lice dans l’épreuve.

Sachez que la France est déjà parvenu à placer au moins deux représentants sur une table finale à 18 reprises, le Canada à 11 reprises et la Roumanie une seule fois.

LE JAPONAIS JUN OBARA MÈNE LA DANSE À 13 LEFT

Le japonais Jun Obara

A la troisième pause de la journée, c’est le japonais Jun Obara qui mène les débats sur cet EPT Prague, à 13 joueurs restants. Outre Laurent Cessy, nous avons également perdu le lituanien Paulius Vaitiekunas et le biélorusse Maksim Shornikau sur le niveau écoulé.

A noter que le Japon a placé une seule fois un de leurs représentants sur une table finale d’EPT. C’était en 2015 avec la 8ème place de Koichi Nozaki.

La partie reprend sur les blindes 25k/50k pour une moyenne à 2,9 millions. Fabrice Bigot occupe le quatrième rang au chip-count avec 4 millions après avoir valorisé de main de maître un full floppé contre le hongrois Laszlo Pilhofer.

Le chip-count complet :

CESSY BON

Laurent Cessy, 14ème de l’EPT Prague

Tombé short-stack après avoir perdu un coin flip As-Roi contre deux Dames chez Paul-Adrian Covaciu, un coup qui l’aurait fait monter à 2,3 millions de jetons, Laurent Cessy vient de chuter contre sa bête noire de cet EPT Prague.

Mais avant cela, Laurent Cessy nous a livré un beau numéro de short-stack, attendant patiemment les bons spots avant de mettre son tapis en jeu. Il double une première fois avec As-Valet contre Valet-2 chez Jun Obara, puis une nouvelle fois une orbite plus tard en trouvant les Rois avec 6 blindes, contre le As-7 de l’italien Luigi d’Artelio.

Malheureusement, les blindes ont continué à éroder son stack et c’est après un nouvel open UTG de l’hyper-actif Jun Obara à 80k que Laurent Cessy a envoyé 450k (11 blindes) au milieu avec J10 au Hi-Jack. Son bourreau de la journée Paul-Adrian Covaciu reshove au Cut-off avec JJ et conserve son avantage sur le board.

Laurent Cessy termine donc 14ème de cet EPT Prague pour 52 050 €, sa plus belle perf à ce jour sur le circuit live, juste devant sa victoire sur un Side Event PLO de l’EPT Monte-Carlo cette année.

Toujours souriant et accessible même après sa sortie, ce spécialiste de cash-game qui s’est mis aux tournois cette année et a engagé un coach pour faire les choses bien, s’en voulait de cette dernière main. « Je suis pas sûr que ce soit Ok, je crois pas que je dois shove, mais bon, c’est la deuxième meilleure main que j’ai eu depuis le coin flip perdu. J’étais bien card dead, c’était dommage de ne pas avoir plus de jetons pour pouvoir boxer. « 

Quand on demande à Laurent Cessy si on le reverra sur le circuit, il évoque les Bahamas des étoiles plein les yeux. « J’avais dit à ma femme que si je prenais plus de 30k€ sur le festival, on irait aux Bahamas. Le plan s’est déroulé parfaitement et je devrais y aller avec femme et enfants. C’est quand même une super destination pour allier poker et vacances« .

Il ne reste donc plus que deux français à 13 left de cet EPT Prague, Fabrice Bigot, avec un tapis confortable de 4 millions et Antoine Saout, dans le ventre mou avec 1,6 million.

REDRAW À 16 LEFT

Timothy Adams, 18ème de l’EPT Prague

Après les éliminations de Timothy Adams (18ème) et de Rui Milhomens (17ème), nous tenons les 16 derniers joueurs de cet EPT Prague, répartis sur deux tables et on est ravi de retrouver trois français au casting de ces demi-finales.

Timothy Adams a poussé ses dix dernières blindes avec Dame-Dix pour se fracasser face à la paire de Valets de Javier Gomez Zapatero, ajoutant quelques euros à son palmarès, lui qui culmine à 29 millions de dollars de gains lifetime.

Rui Milhomens, 17ème de l’EPT Prague

Pour Rui Milhomens, c’est une énorme rencontre contre le canadien Jordan Saccucci qui l’a poussé vers la sortie, quand, dans un pot 3-bet, il s’est retrouvé avec deux Dames sur un board Q895A. Poussé à tapis sur la rivière, il snap avec QQ, confiant, mais découvre AA chez son adversaire.

Le redraw à 16 joueurs left :

UN BIG-UP POUR BIGOT

Fabrice Bigot

Juste avant la pause, Fabrice Bigot s’est frotté par deux fois au chipleader espagnol Javier Gomez Zapatero, avec succès, puisqu’il entamera le break avec un tapis approchant les 3 millions de jetons.

D’abord, après un open de Laszlo Pilhofer à 65k UTG+1 avec A9, Javier Gomez Zapatero 3-bet à 190k avec AQ en main. Fabrice Bigot découvre KQ de petite blinde et nous gratifie d’un ambitieux cold 4-bet à 450k, suffisant pour faire passer tout le monde.

La main suivante, de petite blinde, Fabrice Bigot se contente de payer une relance de Javier Gomez Zapatero avec exactement la même main que précédemment, KQ.

Sur un tableau AKA59, Javier Gomez Zapatero tente de raconter une belle histoire avec son J10, en envoyant trois barrels, 45k flop, 180k turn et 625k river, une histoire pas suffisamment convaincante pour faire passer le français, qui décide de payer avec ses deux paires pour passer dans le Top 5 à la pause.

CESSY CHUTE, SAOUT DÉCOLLE

A la deuxième pause de la journée, ils sont encore 18 joueurs encore en lice sur ce Main Event de l’EPT Prague et nos trois français ont toujours un spot pour atteindre la table finale.

Après avoir perdu un gros coin flip contre Paul-Adrian Covaciu pour passer à 2 millions, Laurent Cessy sera en danger à la reprise avec 515k devant lui, dernier au classement.

Antoine Saout a lui pris un gros pot contre le chipleader du Jour 3 Luigi d’Alterio. Au cut-off, Luigi d’Alterio ouvre à 60k et Antoine Saout opte pour un 3-bet à 240k depuis la petite blinde. C’est payé par le joueur italien et les deux joueurs découvrent un flop 10103.

Antoine Saout envoie une pépite à 165k que le joueur italien paye rapidement.

Sur la turn 4, Antoine Saout nous propose un « second baaaar » à 360k (avec 590k derrière), que paye à nouveau le joueur italien.

La rivière 8 pousse notre français à checker et Luigi d’Alterio checke immédiatement derrière lui. Antoine Saout retourne son A8 et l’Italien muck en pestant devant le petit « chattage » du français sur la river.

Grâce à ce coup, Antoine Saout passe à 2 175 000 à la deuxième pause de la journée tandis que Fabrice Bigot a fait des merveilles en table télévisée que je m’apprête à vous raconter.

Etat des français à la pause :

Du côté des internationaux, nous avons malheureusement perdu l’un des meilleurs joueurs online de l’Histoire, Simon Mattsson, en 21ème position, des suites d’un bad beat contre le roumain Ionut-Flavius Voinea, sa paire de 7 passant derrière la paire de 6 du joueur roumain, quand un 6 est venu pointer le bout de son nez sur la turn.

Simon Mattsson, 21ème de l’EPT Prague

CARDOT MANQUANT

Yannick Cardot, 22ème de l’EPT Prague

Short-stack du clan tricolore à la reprise, Yannick Cardot était remonté à 1 million de jetons quand il a disputé la dernière main de son EPT Prague, avec un peu plus de 30 blindes devant lui.

Après une relance à 60k de Paul-Adrian Covaciu UTG, Yannick Cardot 3-bet à 160k au bouton. Un cran à sa gauche, le canadien Jordan Saccucci annonce « I’m all-in ! », couvrant de peu le joueur français.

Si Paul-Adrien Covaciu passe rapidement, ce n’est pas le cas de Yannick Cardot, qui se tourne vers l’écran pour checker s’il y a un palier, visiblement embêté avant de prendre sa décision.

Au bout d’une vingtaine de secondes, il engage ses jetons avec AK mais est mal en point face au AA de son adversaire.

Aucun miracle ne se produit sur le board JK575 malgré l’apparition d’un Roi sur le flop, et Yannick Cardot doit nous quitter en 22ème position de cet EPT Prague, tandis que le canadien Jordan Saccucci décolle à 2,6 millions.

Yannick Cardot remporte 30 400 € pour cette nouvelle grosse performance sur le circuit EPT, lui qui avait atteint la table finale de l’EPT Monte-Carlo en mai dernier, et prouve une nouvelle fois qu’il sera un des français à suivre sur l’année 2023.

Conor Beresford, 23ème de l’EPT Prague

Auparavant, sur la table télévisée, nous avons perdu le britannique Conor Beresford à la 23ème place de cet EPT Prague. Avec onze blindes devant lui, il a presque tout mis au bouton avec K6, se gardant quelques miettes. Fabrice Bigot paye simplement de petite blinde avec A8. Le reste du tapis de l’anglais part sur le flop 439. Un J tombe sur la turn pour faire rêver un peu l’anglais, mais la river 8 achève l’aventure de Conor Beresford sur ce Main Event.

Fabrice Bigot monte à 1,7 million après ce coup, se plaçant en tête du contingent tricolore, avec un tapis dans la moyenne à 21 joueurs restants et près de 60 blindes pour se battre.

 » SI TU VEUX BOXER, ON VA BOXER « 

Laurent Cessy

A la première pause de la journée, ils sont toujours 24 joueurs restants sur ce Jour 4 de l’EPT Prague. Après un départ tonitruant, avec 4 éliminations en 10 minutes, les joueurs se sont un peu calmés sur le reste du level, puisque seulement deux d’entre eux ont pris la porte, le tchèque Ondrej Drozd et le finlandais Henri Juutilainen, qui était le dernier homme à pouvoir vaincre la malédiction finlandais sur les Main Event EPT, sans victoire depuis … 99 éditions et la victoire de Jens Kyllonen.

Nos français se sont montrés très actifs sur ce début de journée, Fabrice Bigot et Laurent Cessy étant parvenus à gratter quelques jetons pour approcher de la moyenne tandis que Yannick Cardot et Antoine Saout ont maintenu leur tapis à flots.

A noter que Laurent Cessy et Yannick Cardot, qui partagent la même table, ne sont pas décidés à se faire de cadeaux. Après plusieurs passes d’armes entre les deux hommes, Laurent Cessy a lancé une belle petite punchline à son jeune adversaire : « Si tu veux boxer, on va boxer ! » qui laisse présager quelques games de légende sur le prochain niveau de la journée, aux blindes 15k/30k.

Le chip-count des français à la pause :

IL NE FALLAIT PAS ARRIVER EN RETARD

Pierre de Almeida, 29ème de l’EPT Prague

Il ne fallait pas arriver en retard sur ce Jour 4 de l’EPT Prague. Après seulement 15 minutes de jeu, quatre joueurs ont déjà pris la porte, dont malheureusement un français et un franco-tunisien.

C’est le qualifié online Pierre de Almeida qui n’aura pas pu vibrer sur ce Jour 4. UTG, il ouvre à 55k avec A8 avec un stack de 520k. Il se fait 3-bet à 200k au cut-off par Petar Kalev et décide de tout pousser au milieu. Il se fait snap par AK et se lève avant même que le tableau 25977 ne soit entièrement révélé.

Un temps chipleader du tournoi hier sur le Jour 3, Pierre de Almeida nourrissait de sérieux espoirs d’aller claquer la grosse perf sur cet EPT Prague. Malheureusement pour l’ex-travailleur de l’industrie, le rêve s’achève en 29ème position après avoir joué seulement 10 minutes aujourd’hui, récoltant 23 000 € pour cette performance.

Imed Ben Mahmoud

Quelques minutes plus tard, c’est Imed Ben Mahmoud qui nous quitte en 28ème position. Après un raise à 50k de Klas Lofberg au cut-off, Imed Ben Mahmoud découvre 88 au bouton et opte pour un 3-bet à 200k (avec 300k derrière).

Son adversaire suédois le met à tapis et Imed Ben Mahmoud accepte la proposition, espérant être sur un coin flip. Malheureusement, son adversaire lui montre 99 pour la pointure du dessus et s’impose à l’issue d’un tableau 10KJ2Q.

Vainqueur d’un bracelet WSOP-E il y a une dizaine d’années, Imed Ben Mahmoud signe ici à Prague son 5ème ITM en 5 tournois, une régularité assez exceptionnelle pour celui qui avait signé également une table finale sur le FPS Aix-en-Provence.

Les 5 ITMs de Imed Ben Mahmoud sur l’EPT Prague 2022 :

Nous avons perdu également Dmitry Shchepkin (30ème) et Henok Tekle (27ème).

30 JOUEURS À L’ASSAUT DU JOUR 4

Ils ne sont plus que 30 joueurs au départ de ce Jour 4 de l’EPT Prague et l’objectif affiché des organisateurs est de faire tomber le field à 9 joueurs. La partie reprend sur les blindes 10k/25k pour une moyenne à 1,2 millions.

Le seat-draw complet à la reprise :

L’échelle des gains :

A tout de suite pour les premiers développements du Jour 4 de l’EPT Prague.

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars