Hipster Poker, les plus belles moustaches et barbes du circuit

Untitled-design-3-1.png

Pas question d'être de mauvais poil au poker.

Si vous demandez à quelqu'un de vous citer un joueur de poker avec une barbe, Dan Bilzerian pourrait bien surgir dans la conversation. C'est probablement le seul joueur qu'il connaît... et ceux qui suivent l'actualité poker d'un peu plus près diront bien vite que le playboy de Las Vegas est plus impliqué dans la promotion de son image et de sa personne que dans les tournois de poker. Une 180e place aux World Series Of Poker en 2009 ne suffit pas pour être réellement considéré comme un pro, même si sa barbe est bien taillée.

Nous allons plonger un peu plus loin et découvrir de véritables joueurs de cartes à la pilosité faciale développée. De la moustache dessinée d'un requin allemand, au joueur qui a déjà caché une caméra dans sa barbe, voici quelques-unes des plus belles barbes du circuit !

Alex Keating, la barbe pour attirer la télé

Alex-Keating2019_WSOP_EV73_Day05_Antonio-Abrego_AA_06974-e1571158876631.jpg

Pourquoi se laisser pousser une énorme barbe ? Pour être honnête, nous n'avons pas la réponse... mais Alex Keating a certainement bénéficié de son plus bel atout lors des WSOP 2015. La jungle suspendue à son menton en a fait un personnage récurrent des retransmissions d'ESPN. Finalement 35e pour 216 211 $, Keating a eu plus de temps d'antenne que les joueurs avec un classement similaire.

A un moment, l'équipe de production l'a même équipé d'une mini-caméra planquée dans sa barbe, de quoi se mettre à la place du joueur ! Si le segment n'a jamais été diffusé, Alex Keating est désormais un joueur connu dans le monde entier. Mais le reconnaîtriez-vous sans sa barbe ?

Champions aux WSOP : qui a le temps de se raser ?

WCOP-beards.pngChampions (photos de gauche à droite): Straus, Jacobson, Blumstein, McKeehen, Hachem, Cynn, Nguyen, Ferguson.

Il faut faire de nombreux sacrifices pour deep-run aux championnats du monde de poker. Le Main Event dure des jours et il faut mettre de côté les amis, le sommeil. Maintenir une alimentation équilibrée devient vite compliqué aussi sur ce marathon... et plus la table finale et les millions approchent moins les joueurs se rasent. C'est probablement ce qui explique la tendance à la pilosité faciale chez les vainqueurs du tournoi principal des WSOP.

De Jack Strauss et son look d'homme des cavernes à Joe McKeehen en passant par Scott Blumstein, le look capillaire n'est pas la priorité des champions au fur et à mesure que les enjeux grimpent. D'autres profitent de ce moment face au miroir pour briller comme le prouve la pyramide inversée de Joe Hachem ou la finesse du trait chez Qui Nguyen. Conclusion, si vous voulez un bracelet WSOP... ne vous rasez pas de près.

Steven Van Zadelhoff fait le délice des pogonophiles

EPT_Barcelona19_VELLI_1059_Steven-van-Zadelhoff-e1571158957764.jpgVan Zadelhoff dans tous les sens

Le meilleur truc avec Steven Van Zadelhoff (mettons ses talents de joueur de poker de côté évidemment, ndlr) c'est que le passionné de styles capillaires aura l'embarras du choix. De face, le néerlandais offre une jolie toison et sa chevelure n'est pas mal non plus vu de derrière.

Le viking peut moduler puisque des fois il attache sa barbe et lâche ses cheveux. Ou l'inverse selon son humeur. L'ancien vainqueur du Main Event WCOOP, et récent Runner-up du Battle Of Malta, est un candidat naturel au titre de plus belle chevelure du circuit, et ce quelle que soit la catégorie (barbe ou coupe).

Steve Zolotow - Le Chinois de Mayfair

Steve-Zolotow_EV73_Day3_Katerina-Lukina_IMG_0610-e1571159028787.jpgZolotow en mode old-school

L'aigle-chauve du poker a ajouté une touche méchante à son personnage en se faisant la moustache de Ming, le grand vilain de Iron Man. Zolotow se ballade comme ceci sur le circuit depuis des lustres... probablement pour compenser la pénurie de follicules au sommet de son crâne.

Joueur bercé au poker dans le mythique club new-yorkais underground, le Mayfair, Zolotow a amené sa moustache emblématique à 20 Tables Finales des WSOP ! Professionnel reconnu et gambler invétéré depuis les années 60, Zolotow n'a jamais eu d'autre style. Pourquoi changer une formule qui lui a permis d'accumuler deux bracelets aux World Series ?

Philipp Gruissem - Le dandy tueur

gruissem1.jpgGruissem s'est donné un look d'assassin gentleman

Le calendrier poker est de plus en plus resserré mais généralement il y a quelques semaines d'écart entre les tournois les plus importants. Les fans de moustaches travaillées ont donc le temps de se refaire une beauté ou de corriger le tir en cas de mauvais choix. Le temps aussi de laisser pousser quelque chose de spectaculaire.

Philipp Gruissem avait fait cela il y a quelques années. Il s'était présenté rasé de près, en mode allemand performant avec le regard laser et le focus à 100 % sur le premier prix du Super High Roller... comme d'habitude quoi. Puis, quelques semaines plus tard, sur le tournoi suivant, il s'était soudainement transformé en un méchant machiavélique digne d'une production hollywoodienne... tout cela avec l'ajout d'une fine moustache qu'il lissait entre ses doigts.

Le braquage du circuit semble avoir payé puisque le jeune homme est de moins en moins présent sur les tournois de poker...

Jason Mercier, la barbe du contentement

Jason-Mercier_EV73_Day2C_Katerina-Lukina_IMG_0214-e1571159129423.jpgMercier en mode papa

La première apparition de Jason Mercier a eu lieu en 2008 à San Remo... lors de la conquête de sa couronne EPT. Jeune qualifié PokerStars, le Floridien débarquait rasé de près avec les lunettes noires pour l'entame d'une carrière légendaire.

Peu de joueurs ont joué autant que Mercier durant la décennie suivante, l'Américain empochant 5 bracelets WSOP et des millions supplémentaires dans l'intervalle. Après une proposition de mariage à sa copine Natasha en plein streaming, Jason Mercier a finalement pris sa retraite à la naissance de son fils.

Participant occasionnel du circuit (il joue de temps en temps en Floride et quelques tournois aux WSOP, ndlr), Mercier est devenu un investisseur à succès. Il avait l'énorme majorité de l'action de Garry Gates, 4e du Main Event WSOP 2019, de quoi s'affranchir de l'envie de plaire à quiconque ou de lisser son image pour une marque. Avec l'arrivée d'un deuxième enfant, Mercier n'a plus le temps de se raser, il préfère en rester aux choses simples... ce qui implique parfois de sauter dans un avion pour aller disputer le PSPC à 25 000 $ des Bahamas comme s'il allait regarder un match seul dans son canapé.

Daniel Neilson - Avant et Après

daniel_neilson_ba.pngNeilson, capitaine de la pousse

Juste car c'est marrant de voir comment les joueurs changent durant leur carrière de pro du poker.

« Previous | Home | Next »

Archives