A la rencontre de... Jeff Gross

Jeff Gross Lead-thumb-450x300-321944.jpg

Le membre du Team Pro PokerStars Jeff Gross se confie. Il nous raconte sa passion pour le football, comment il se maintient en forme et aborde sa relation amicale avec la superstar de la natation, le multi-médaillé olympique Michael Phelps...

Le poker est une activité sédentaire qui nécessite de rester plusieurs heures assis. Rester en bonne forme physique a une incidence sur la vigilance et le mental, surtout lorsque les longues journées de tournois s'enchaînent. Avec plus de 3 millions de dollars de gains amassés en live et 1 million glané sur les tables virtuelles, Jeff Gross connaît son sujet et il reste persuadé qu'un esprit qui fonctionne bien est conditionné par un corps sain.
Quand il ne fait pas du cardio et qu'il ne soulève pas de la fonte dans un gymnase, le jeune homme de 30 ans pratique le football, le soccer comme on dit chez lui à Ann Arbor, dans le Michigan.

Véritable passionné, Gross a souvent voyagé vers le Royaume Uni et Londres pour voir West Ham United jouer. Nous avons rencontré le joueur américain afin de mieux cerner son amour du foot... et quels conseils Phelps a bien pu lui donner en ce qui concerne l'approche mentale d'une compétition de haut niveau.

Comment avez-vous attrapé le virus du football ?

Mon papa m'a emmené à un entraînement quand j'avais 7 ans alors que je ne voulais pas vraiment y aller. Je suis tout de suite tombé amoureux de ce jeu et j'y joue toute l'année depuis cet épisode. Printemps, été, automne, hiver, je joue très souvent, autant que mon emploi du temps me le permet.
A une époque je sortais dehors taper le ballon dès que j'avais un peu de temps libre. Les gamins pratiquent souvent une multitude de sports mais pour moi il n'y avait que le foot. J'ai joué longtemps avec les Wolves de Michigan quand j'étais petit, c'est devenu une bonne équipe avec le temps.


Etes-vous allé au stade lorsque la Coupe du Monde 1994 s'est déroulée aux Etats-Unis ?

Oui, j'ai vu quelques matches, je me souviens de Suède - Russie et aussi de Suède - Brésil au Pontiac Silverdome de Détroit. J'ai adoré voir des joueurs comme l'attaquant de la Suède, Martin Dahlin... c'est un super souvenir, de bons moments.


Quelle était votre position sur le terrain ?

Je jouais milieu de terrain, dans l'axe. Je suis gaucher donc il m'arrivait parfois de glisser sur le côté mais la plupart du temps je jouais au centre du terrain.

Jeff standing-thumb-450x300-321938.jpg

Gross a rejoint PokerStars en juillet 2017

Quelle est votre équipe favorite ?

Quand j'étais au lycée, en 2006-2007, j'étais un ultra de West Ham United. J'avais un pote qui connaissait Anton Ferdinand, un joueur de cette équipe, donc nous allions plusieurs fois par an voir West Ham. Quand tu as 17-19 ans c'est une expérience fantastique de se balader à Londres avec ces mecs. Quand tu es fan de foot tu te demandes si tout cela est bien réel.
Là-bas, les fans ont un véritable culte pour le football, nous faisions même les déplacements pour les matches à l'extérieur. Je me souviens de rencontres à Arsenal ou face à Manchester United ou des moments passés avec Anton et son coéquipier Nigel Reo-Coker. On s'est bien amusés à l'époque. Aujourd'hui, je regarde toujours le championnat d'Angleterre et la Ligue des Champions dès que je le peux.


Quand le poker le permet, comment restez-vous actif ?

J'aime encore beaucoup jouer au foot. J'essaye aussi d'aller le plus souvent possible à la salle. Généralement je fais 30 à 40 minutes de cardio par jour avec le plateau incliné à 15%. Je fais un peu de musculation même si c'est très compliqué de respecter un programme quand tu voyages beaucoup.
Cet été j'ai suivi le calendrier mis en place par All American Dave, un programme intitulé « Le Challenge 5 semaines 2 Fitness » qui m'a permis de structurer une routine et incluait une alimentation saine et équilibrée.
Si ton alimentation est bonne, que tu fais de l'exercice, ton énergie augmente et tout semble aller bien mieux. Je préfère arriver une heure en retard à un tournoi tout en étant bien préparé mentalement et physiquement car c'est comme cela que tu joues ton meilleur poker. Je ne le fais pas toujours car parfois tu es simplement en retard mais c'est le meilleur conseil à donner aux joueurs.
Au final, quand tu commences à mal manger et que tu ne fais plus d'exercice, les mauvaises surprises s'accumulent.

Jeff purple-thumb-450x300-321940.jpg

Gross est persuadé qu'une alimentation équilibrée et de l'exercice sont bons pour son A-game

Quel est votre secret pour vous relaxer ?

J'aime passer du temps avec ma femme. Nous nous sommes marriés en décembre dernier. Elle vient du Brésil donc nous allons à Belo Horizonte, chez elle, pour décompresser. Elle a beaucoup de nièces et de neveux alors que j'étais fils unique, c'est super fun.
Ces derniers temps j'ai été très occupé mais c'est toujours génial de pouvoir faire une pause et de pouvoir voyager avec elle, d'explorer de nouveaux endroits. Si nous n'avons que quelques heures, nous passons du temps avec des amis et nous pratiquons des activités extérieures. Je ne suis pas un énorme fan des jeux sur ordinateur même si je ne suis pas contre un deux contre deux à FIFA non plus !

Quelles sont vos destinations favorites ?

Melbourne est un endroit extraordinaire, Barcelone est aussi un de mes endroits préférés. Istanbul était incroyable. Je vais souvent à Montréal pour jouer au poker et c'est aussi une ville géniale.

Le nageur Michael Phelps est un jeune retraité, il a remporté 28 médailles aux Jeux Olympiques... Comment l'avez-vous rencontré ?

Nous nous sommes rencontrés à une table de poker au Canada, à Windsor. Le courant est bien passé et nous sommes devenus potes. Il adore l'aspect compétition du poker, je débutais à l'époque et je commençais à gagner, nous avons tous les deux commencé à jouer online. Puis j'ai bougé vers Baltimore et nous avons habité ensemble durant plusieurs années.

Phelps poker-thumb-450x300-321942.jpg

Jeff Gross a été coloc de la légende Michael Phelps à Baltimore

En quoi ses succès dans son domaine vous ont-ils aidé au poker ?

J'ai profité de sa présence et bien sûr que sa domination m'a appris des trucs au niveau mental. Le voir s'entraîner, son éthique de travail, la façon dont il se fixait des objectifs sans se soucier de ce que les gens disent ou pensent... Tu ne peux pas contrôler cela, je ne peux pas obliger les autres à jouer d'une certaine façon, je ne contrôle pas non plus les cartes qui tombent... ce que je peux contrôler c'est la manière dont moi je joue et les décisions que je prends, mais surtout la manière dont je me prépare avant de jouer.
C'est définitivement un truc que Michael m'a aidé à apprendre, il savait de quoi il était capable aux Jeux Olympiques, il s'est préparé pour cela sans écouter les gens de l'extérieur. Il s'est fixé des buts ambitieux en ne faisant attention qu'à lui... Ne vous préoccupez pas de ce que pensent les autres.

« Previous | Home | Next »

Archives