Thursday, 18th April 2024 17:21
Home / Deuxièmes Étapes : Conseils d’experts pour les Débutants au Backgammon

On pourrait croire que tout dépend d’un lancer de dés, mais la stratégie du backgammon est bien plus complexe et nuancée. Il faut parfois toute une vie pour la maîtriser.

Le backgammon se base à la fois sur la chance et sur les compétences des joueurs. Tout comme au poker, les joueurs compétents peuvent maîtriser ce jeu à long terme. En effet, des joueurs de poker célèbres tels que Gus Hansen, Dan Harrington et Phil Laak ont tous joué au backgammon de façon professionnelle au cours de leur carrière.

Si vous connaissez déjà les règles du backgammon et que vous cherchez à améliorer votre jeu, cet article est fait pour vous. Nous nous sommes entretenus avec des experts en la matière qui nous ont fait part de leurs meilleurs conseils pour les débutants. Ces conseils sont des conseils stratégiques sur le backgammon auxquels vous pouvez vous fier.

Alors, entrons dans le vif du sujet…

Avoir un plan de jeu (flexible)

Si vous voulez avoir toutes vos chances au backgammon, vous devez toujours avoir un plan.

« Vous devez toujours avoir un plan de jeu, une stratégie que vous jugez être la meilleure pour gagner la partie en cours », explique Peter Bennet de la Fédération britannique de backgammon (UKBGF). « Si nécessaire, vous devez être prêt à modifier ou à abandonner ce plan en fonction des opportunités que vous offrent les dés. »

Ola Serhan, secrétaire général de la Fédération mondiale de backgammon (WBGF), souligne qu’il existe quatre plans de jeu principaux au backgammon. Il s’agit de la course, du maintien, de l’amorçage et de la frappe.

Vous pouvez (et devez) passer d’un plan de jeu à l’autre en fonction de la situation, des jets de dés, de la phase du jeu et en réaction aux mouvements de l’autre joueur.

Voici un aperçu des principales stratégies de backgammon :

La course :Dans la stratégie de course, votre objectif est de déplacer les pions vers votre jan intérieur plus rapidement que votre adversaire. Le but est de chercher à avoir une avance confortable sur le nombre de pions avant de courir vers la victoire. Lorsque les pions des deux joueurs ont glissé l’un vers l’autre, le backgammon devient une course.

Le maintien : La stratégie du maintien consiste à ancrer ses pions dans le jan intérieur de l’adversaire. Cette stratégie est utile lorsque vous avez moins de points que votre adversaire ou lorsque vous êtes touché en début de partie car elle vous permet de bloquer les entrées et les sorties de votre adversaire lorsqu’il avance depuis l’arrière. Cette stratégie est d’autant plus efficace que vous pouvez vous ancrer plus haut sur le jan intérieur de votre adversaire (voir la section sur le « point d’or » ci-dessous).

Amorçage : L’amorçage est une stratégie de backgammon qui consiste à bloquer des points afin de piéger les pions de votre adversaire, généralement ceux de l’arrière. Plus vous détenez de points consécutifs, plus il est difficile pour l’autre joueur de lancer des dés suffisamment hauts pour passer. Si vous parvenez à construire une prime de six points, votre adversaire ne pourra pas passer. (Si vous vous retrouvez dans cette situation, la contre-stratégie est également d’amorcer. L’amorçage entraîne donc souvent des situations d’impasse jusqu’à ce que l’un des joueurs soit forcé de rompre).

Frappe et blitz : Frapper signifie attaquer les pions de l’adversaire. C’est particulièrement efficace lorsque vous contrôlez votre jan intérieur, ce qui vous permet de retenir votre adversaire pendant que vous avancez. Un blitz est une période de frappe soutenue. Une fois que vous commencez une attaque blitz, vous prenez plus de risques et vous laissez potentiellement vos propres pions en position de vulnérabilité. Il faut donc que vous soyez en position de supériorité pour gagner avec cette stratégie. Occuper votre jan intérieur de 1 à 6 puis lancer des blitz est l’un des moyens de remporter des victoires au gammon et au backgammon.

Avant de passer à l’action

La précipitation est rarement payante au backgammon.

« Les mouvements irréfléchis et compulsifs ne peuvent que nuire à votre jeu. Le backgammon est un jeu où il faut réfléchir avant de prendre des décisions. Pour cela, il faut choisir parmi différentes options. Évaluer les options signifie prendre son temps », explique Ola Serhan.

Vous devez toujours étudier soigneusement les différentes options, même lorsqu’un mouvement semble évident.

Peter Bennet déclare : « Après avoir lancé les dés, et en particulier lorsque vous pensez avoir trouvé le mouvement le plus  » évident  » à faire, cherchez bien au moins deux autres mouvements possibles et comparez-les avec le mouvement auquel vous avez d’abord pensé. Parfois, vous vous rendrez compte que le coup  » évident  » ne l’est pas tant que ça et qu’un bien meilleur coup est possible. »

Ola Serhan décrit un processus de réflexion solide que vous pouvez suivre avant de jouer chaque coup au backgammon. « Dans l’ordre : évaluez l’action de votre videau, lancez les dés, voyez les options qu’ils vous offrent, décidez de votre plan de jeu, et enfin, jouez le coup qui vous semble le plus approprié ! »

(Plus d’informations sur le videau juste en dessous !)

Le doublement : une dimension supplémentaire

Le doublement est un élément très important du backgammon et apporte une dimension supplémentaire que les débutants négligent souvent. Etan Ilfeld, maître des échecs et directeur général de l’Olympiade des sports de l’esprit, explique :

« Si vous êtes en train de gagner, vous pouvez doubler la partie pour qu’elle vaille deux points. Et votre adversaire peut soit accepter le doublement, soit se retirer et perdre un point. Il doit donc calculer et décider si cela a du sens pour lui d’accepter », explique Etan Ilfeld. « Mais si les choses commençaient à pencher en sa faveur, il pourrait doubler à son tour. Le jeu vaudrait alors quatre points ».

« Le fait de doubler augmente donc considérablement l’aspect stratégique du backgammon. Et c’est un véritable art que de savoir quand doubler et quand ne pas doubler, quand accepter et quand ne pas accepter ».

Quand faut-il doubler au backgammon ?

Il est judicieux de doubler lorsque vous avez plus de points que votre adversaire, que votre position est stratégiquement meilleure ou si vous êtes dans ces deux situations en même temps. Mais vous ne devez pas avoir une avance telle que vous êtes sûr de gagner ou que votre adversaire n’accepte pas. Comme le souligne Ilfeld, « Vous devez chercher à être dans une situation où il doit réfléchir. Vous devez lui donner une décision difficile à prendre ».

Dans certains cas, vous ne voudrez pas doubler même si vous êtes en tête, par exemple si vous avez de bonnes chances de gagner un gammon (qui vaut deux points) ou un backgammon (qui vaut trois points). Dans ce cas, vous ne voudrez pas donner à votre adversaire un moyen facile de s’en sortir, car il pourrait rejeter le doublement et finir par perdre moins de points.

En règle générale, vous pouvez utiliser le doublement comme un outil de pression sur l’autre joueur ainsi qu’un moyen de gagner des points supplémentaires.

Le backgammon : un jeu mental

Les joueurs de poker savent que la mentalité et l’état d’esprit peuvent être tout aussi importants que la stratégie. Il en va de même au backgammon. Voici quelques petits conseils pour votre jeu mental :

Le backgammon fait appel à la fois à l’habileté et au hasard. Les jets de dés peuvent changer le cours d’une partie, qu’il s’agisse d’un coup de blot ou d’une course en arrière remportée par un double six. Cela signifie que vous devrez essayer de déterminer si vos victoires et vos défaites sont dues au hasard ou à votre façon de jouer.

« Ne commettez pas l’erreur la plus courante, quel que soit votre niveau d’expérience, qui consiste à surestimer votre propre force de jeu ou à sous-estimer celle de votre adversaire », déclare Peter Bennet. « Il est facile de croire que vous n’avez perdu une partie que par malchance, parce que l’inconstance des dés masque vos propres erreurs. »

Pour savoir si vous commettez des erreurs ou si vous êtes simplement tombés sur un mauvais lancé de dés (comme au poker où les cartes sont mortes), il est essentiel d’analyser vos parties.

« Prenez l’habitude de toujours réfléchir à vos parties dès que vous les avez terminées, que ce soit avec d’autres joueurs ou en important votre journal de jeu dans XG. Il n’y a aucun moyen d’améliorer constamment ses compétences sans cette rigueur », explique Ola.

Lorsqu’il s’agit de jouer pour de l’argent, procédez avec prudence, mais n’hésitez pas à rendre le jeu compétitif.

« Ne jouez pas pour de l’argent si vous n’êtes pas sûr d’être au moins aussi bon que votre adversaire. Mais jouez pour quelque chose, ne serait-ce que des points, des allumettes ou pour savoir qui paiera le dîner », dit Bennet. « Si vous voulez devenir bon, vous devez toujours être compétitif, donc gagner ou perdre doit signifier quelque chose ».

(Le « XG » mentionné ici est eXtremeGammon, reconnu comme le programme de backgammon le plus puissant disponible.)

Rejoignez la communauté du backgammon

Pour enrichir votre expérience et améliorer votre stratégie de backgammon, rejoignez des clubs et des communautés.

« Le backgammon est un jeu très social et vous rencontrerez de nombreuses personnes intéressantes. La plupart des joueurs sont heureux d’aider les débutants à comprendre les différentes stratégies et les raisons de leur choix », déclare Peter Bennet de l’UKBGF.

Ce sentiment est partagé par Ola Serhan de la WBGF.

« Si vous jouez au backgammon, vous faites partie de la communauté internationale. Tendez donc la main à votre club local ou à d’autres joueurs sur les réseaux sociaux et ils vous aideront à vous améliorer constamment. Vous voudrez peut-être atteindre les classements, apprendre des professionnels et profiter des moments mémorables que le backgammon offre à la communauté mondiale. Alors à bientôt ! »

Articles liés

Derniers articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars