Wednesday, 24th July 2024 18:47
Home / EPT BARCELONE : SIMON WICIAK EN ORBITE À 16 LEFT SUR L’EPT BARCELONE

Les grands noms manquent à l’appel, et pourtant, on se régale sur cet EPT Barcelone. Des coups mutanesques, un frenchy qui en met partout, des 5-bets en bluff à la sauce scandi, un « Luraken » qui survole le tournoi. Bref, la fin de ce tournoi pourrait bien être grandiose et elle se poursuivra à 16 joueurs restants avec 13 nations représentées, dont 4 qui n’ont encore jamais inscrit leur nom au palmarès de l’EPT, l’Estonie, l’Australie, le Mexique et le Kazakhstan.

Mais, je ne vous cache pas qu’on espère vraiment que Simon Wiciak aille chercher une 12ème victoire pour la France, cinq ans après celle de Nicolas Dumont sur l’EPT Monte-Carlo, alors qu’on reste sur deux échecs en heads-up (Jimmy Guerrero et Antoine Saout). Même si la route est encore longue, Simon Wiciak est clairement le candidat idéal pour accrocher son nom au palmarès de l’épreuve.

Méconnu du grand public, en tout cas sur le terrain des tournois live, avec seulement 100 000 $ de gains sur le circuit, dont une 344ème place sur le Main Event cette année, Simon Wiciak n’en est pas moins une terreur online où il officie sous le pseudo « Luraken ». Sur la room au W, il s’est même permis de remporter trois gros events sur le même festival, remportant le Leaderboard.

Ancien footballeur promis à une belle carrière, il a fait le choix des études au lieu de gamble sur une carrière dans le ballond rond. Plus tard, il lâche un job d’ingénieur pour se lancer à temps plein dans le poker, avec tout de suite beaucoup de réussit.

Aujourd’hui, il a run good comme jamais sur ce Jour 5, à tel point qu’il finit avec 15,7 millions quand son plus proche poursuivant pointe à 6,6 millions. A 16 joueurs restants, il a déjà la moyenne à 4 left !!!

Le coup qui l’a propulsé vers les sommets s’est produit quand il s’est fait cold 4-bet par Pedro Cunha quand il avait deux beaux As en main. Le brésilien n’avait que ses yeux pour pleurer avec As-Roi en main.

Un peu plus tôt, c’est un full rentabilisé au maximum qui a permis à Simon Wiciak d’éliminer Eduard Bargesian pour passer pour la première fois la barre des 10 millions.

Humble, déterminé, chanceux, Simon Wiciak a tout d’un futur vainqueur EPT, mais ne vendons pas la mèche, il reste encore quinze joueurs à éliminer pour soulever le trophée, dont le vainqueur de l’EPT Londres Robin Ylitalo, le Team Pro PokerStars André Akkari ou quelques fines lames comme Ezequiel Waigel, Joao Sydenstricker ou nos francophones Mohamed El Rais et Santiago Plante.

La reprise aura lieu demain à 12h00 sur les blindes 40 000 / 80 000 (BB Ante 80 000) pendant quelques minutes, avant de passer sur 50 000 / 100 000.

Les joueurs sont d’ores et déjà assurés de remporter un minimum de 63 250 € et le vainqueur de l’épreuve repartira avec la coquette somme de 1 488 000 €. Demain, on devrait jouer jusqu’à ce que le field tombe à 6 joueurs restants.

Seat-draw à 16 joueurs restants :

On aurait bien aimé retrouver nos deux autres français Samuel Fournier et Gaëtan Balleur en demi-finale, mais les Dieux du Poker en ont décidé autrement.

Gaëtan Balleur a vu son parcours s’arrêter en 26ème position, avec Valet-Dix suité contre le As-Dix de Khazret Nebezhev, sur un Jour 5 où il n’aura jamais pu remonter un stack. Il empoche tout de même 41 550 € sur son premier EPT, lui qui avait tenté de qualifier souvent, sans succès.

Quant à Samuel Fournier, très impressionnant sur cette fin de tournoi, malgré un call discutable hier contre Mohamed El Rais, c’est sur un gros bluff contre Carl Shaw qu’il a rendu les armes, en partant à tapis avec gutshot quand son adversaire avait floppé un brelan d’as. Samuel Fournier termine son premier Main Event EPT à la 19ème place pour un gain de 55 000 €.

Cette journée aura été fatale pour pas mal de têtes de série comme Lucas Scafini (32ème), Ka Kwan Lau (31ème), Ramin Hajiyev (29ème) ou Thomas Boivin (25ème).

Les résultats complets de la journée :

NEBEZHEV LIBÈRE LES 16 DEMI-FINALISTES DE L’EPT BARCELONE

Khazret Nebezhev, 17ème de l’EPT Barcelone

Tombé à 5 blindes après avoir subi un inévitable set over set contre Joao Sydenstricker, Khazret Nebezhev aura survécu une bonne quarantaine de minutes, avant de mettre son tournoi en jeu avec 22.

Payé par Curtis Knight avec AK en main, Khazret Nebezhev voit le croupier dévoiler un tableau 9K534 qui sera le dernier qu’il verra sur cet EPT Barcelone.

Il remporte 63 250 € pour cette grosse performance, lui qui avait déjà terminé 45ème de cet EPT Barcelone il y a … 12 ans.

Avec cette élimination, on tient les deux dernières tables de cet EPT Barcelone et les organisateurs ont renvoyé les joueurs chez eux, le jeu reprendra demain à 12h00 avec 16 joueurs en lice, tous assurés de remporter un minimum de 63 250 €, et un Simon Wiciak plus que jamais large chipleader.

Chip-count à l’issue du Jour 5 :

IL NE POUVAIT EN RESTER QU’UN

Si tout sourit à Simon Wiciak, qui vient d’éliminer Pedro Lopes, le 18ème de cet EPT Barcelone, en chattant un 7 turn alors que tout était parti au milieu entre son 76 et le K9 de son adversaire sur un flop 579, c’en est malheureusement fini des espoirs de Samuel Fournier sur cet EPT Barcelone.

Samuel Fournier, 19ème de l’EPT Barcelone

De petite blinde, Samuel Fournier se contente de limper à 80 000. Carl Shaw porte les enchères à 300 000. Jamais le dernier pour appuyer sur le bouton raise, Samuel Fournier sur-relance à 800 000. Carl Shaw se contente de payer.

Sur le flop 2JA, Samuel Fournier dégaine une première pépite à 275 000. Carl Shaw paye rapidement.

La turn K pousse notre déglingo préfér à envoyer son tapis pour 1 900 000.

Pris la main dans le sac, il se fait snap-call par Carl Shaw qui retourne AA pour brelan max.

Samuel Fournier peut encore trouver de l’aide sous la forme d’un Dix, mais c’est un inutile 7 qui apparaît sur la rivière.

Ultra agressif depuis deux jours, Samuel Fournier a bust comme il avait monté ses jetons, en prenant des risques et en saisissant le moindre spot pour tenter de grappiller des jetons.

Malheureusement, il nous quitte donc sur ce mauvais timing et rejoint le rail à la 19ème place de l’EPT Barcelone.

7ème du FPS Paris, Samuel Fournier ajoute une belle ligne à son palmarès naissant, lui dont la première ligne Hendon Mob remonte à Barcelone 2022. Sans jamais paraître intimidé par le field de ce Main Event, Samuel Fournier a prouvé qu’il avait largement le niveau pour nous gratifier de beaux deep runs sur les prochains EPT.

Il ne reste plus que 17 joueurs encore en lice sur le Main Event, et la journée devrait s’arrêter dès que le field tombera à 16 left.

WICIAK EN MODE CROISIÈRE

Simon Wiciak poursuit son run de mutant sur cet EPT Barcelone et s’envole au chip-count après avoir fait une nouvelle victime.

UTG+1, il découvre AA et opte pour un simple raise à 160 000. C’est ce moment que Pedro Lopes choisit pour 3-bet à 480 000 avec K5 au cut-off. Au bouton, Mathias Duarte décide de cold 4-bet à 1 100 000 avec AK en main.

Simon Wiciak prend une time bank avant d’annoncer « I’m all-in ! », réclamant le tapis de 4 millions de l’uruguayen.

Malgré quelques frayeurs sur le board 610Q76, Simon Wiciak parvient à éviter les valets sur la rivière et grimpe à 14 millions de jetons, soit l’average à 4 joueurs restants, avec une avance colossale sur ses poursuivants.

Matthias Duarte termine 21ème de cet EPT Barcelone pour 47 800 €.

Mathias Duarte, 21ème de l’EPT Barcelone

Juste après cette élimination, on perd également Sandor Hadnagy, qui a perdu un gros coin flip contre Daniyar Aubakirov avec 77 contre AK pour finir 20ème de l’EPT Barcelone pour 55 000 €.

Sandor Hadnagy, 20ème de l’EPT Barcelone

FOURNIER BIEN FOURNI

Loin de son compatriote Simon Wiciak, qui trône tout en haut et semble pour l’instant inaccessible, Samuel Fournier mène sa barque sereinement sur ce Jour 5 de l’EPT Barcelone.

Il vient de s’offrir le scalp du brésilien Felipe Morelli sur un coin flip, payant les 9 blindes envoyées par son adversaire avec une paire de 8 quand le brésilien détenait As-Dame.

Pressentant que les cartes allaient être du côté du français, Felipe Morelli est déjà debout sur la turn d’un tableau 54KKJ.

Samuel Fournier

Grâce à cette élimination, Samuel Fournier atteint son plus haut point du tournoi avec 2,8 millions en sa possession.

On a également perdu le maltais Brandon Mifsud sur la table télévisée. Avec une quinzaine de blindes devant lui, il a jugé sa paire de 7 suffisante quand Ezequiel Waigel l’a poussé à tapis. Malheureusement, le 20/80 a tourné court contre la paire de 10 du joueur uruguayen.

Ils ne sont déjà plus que 21 joueurs sur ce Jour 5 de l’EPT Barcelone.

SIMON WICIAK ÉCRASE LA CONCURRENCE

Après plus de 90 minutes sans aucune élimination, Simon Wiciak vient de renvoyer le bulgare Eduard Barsegian chez lui après une bataille de blindes sanglante, pour conforter sa place de chipleader avec désormais plus de 10 millions devant lui.

De petite blinde, Simon Wiciak complète avec 105, Eduard Barsegian se contente de checker avec A6.

Simon Wiciak envoie une petite mise à 60 000 sur le flop 81010, payée par Eduard Barsegian.

Les deux joueurs ralentissent sur la turn 4.

C’est sur la rivière 5 qui donne la flush à Bargesian et le full à Wiciak que l’action va s’emballer.

Simon Wiciak propose d’abord un overbet à 425 000. Alors qu’on pense tous que le bulgare va simplement payer, il a la bonne idée d’envoyer son tapis pour 1 270 000. Simon Wiciak n’en espérait pas tant et snap call avec son full.

Vingt minutes plus tôt, Simon Wiciak avait également pris un autre gros pot en trouvant un full avec AJ contre A4 chez Pedro Lopes sur un tableau KAJA10. Deux barrels de value pour le français, mais le brésilien parviendra à passer sur le troisième barrel river.

A 23 joueurs restants, Simon Wiciak possède deux fois plus de jetons que son principal poursuivant, Curtis Knight, et dispose de 4 averages.

REDRAW À 24 JOUEURS LEFT

Après la sortie du dernier belge en lice dans l’épreuve, Thomas Boivin, nous tenons les trois dernières tables de cet EPT Barcelone.

Thomas Boivin a bust sur un coin flip contre Ezequiel Waigel, après avoir poussé ses 20 blindes avec KQ après un raise du joueur uruguayen qui s’est fait un plaisir de payer avec 1010.

On perd le plus gros palmarès du field restant, puisque le belge, pote de longue date de Michaël Gathy, pointe à plus de 5,3 millions de dollars de gains récolté sur le circuit live, dont une grande partie obtenue du côté de Las Vegas.

Il ajoute 41 550 € à son palmarès grâce à cette 25ème place sur l’EPT Barcelone.

Thomas Boivin, 25ème de l’EPT Barcelone

REDRAW À 24 LEFT :

EVERYBODY LOVES RAYMOND

Découvert lors de son premier gros tournoi live, en 2011, quand il avait fini 364ème du Main Event des WSOP pour so deuxième tournoi live ever, après avoir vibré comme un dingue, Gaëtan Balleur fait clairement partie des gens qu’on a plaisir à voir sur le circuit, d’autant qu’après une grosse pause pendant 4 ans où il travaillait dans une société de transports, son installation à St Martin pour rejoindre l’ami Anthony Picault lui a donné l’occasion de se relancer. « Je suis venu pour un job, ils me l’ont fait à l’envers, du coup, j’ai repris le poker, en faisant beaucoup de cash-game et en reprenant goût aux tournois. Il a d’ailleurs gagné une bague sur WSOP-Circuit à 400$ là-bas.

Toujours le sourire, content d’être ici à Barcelone pour s’amuser des heures à jouer aux cartes, celui que l’on connaît sous le pseudo « Nateag » (Gaëtan à l’envers) s’est attiré la sympathie de nombreux joueurs du circuit, avec qui il a partagé de nombreux trips poker, notamment à Vegas. « On se voit une fois par an pendant un mois, mais ce sont des moments incroyables où l’on se soutient, où l’on suit les deep runs des uns et des autres ».

Pour sa première participation à un Main Event, Gaëtan Balleur frappe fort avec une encourageante 26ème place pour un gain de 41 550 €. Son plus gros gain en tournoi ? Pas tout à fait, puisque cette année, il s’est permis le luxe d’atteindre la table finale d’un 600 $ Deep Stack Championship WSOP pour 54 186 $, à 5 places du bracelet tant convoité. « J’ai dû buller au moins 7 fois des satellites online pour des Main Event EPT, me confie Gaëtan. Là, après un bon Vegas, j’ai décidé d’aller me faire plaisir à Barcelone. Je suis stacké par un joueur américain depuis longtemps, il a vibré sur ma TF à Vegas et dormait pas pour me suivre ici à Barcelone. »

Gaëtan Balleur, 26ème de l’EPT Barcelone

Beaucoup plus régulier sur les tournois live post-confinement avec quelques belles perfs depuis 2022, Gaëtan Balleur a confirmé tout le bien qu’on pense de lui sur cet EPT Main Event, avec quelques belles games de légende, notamment un beau call hauteur Roi contre Antoine Labat et un double check/call avec hauteur Roi toujours contre un Antoine en plein bluff.

Avec le soupçon dé réussite qu’il faut pour aller loin dans un tournoi (Comment oublier son triple-up avec AK contre QQ chez Medhi Chaoui et AA chez Jean-Paul Pasqualini, où Gaëtan trouve une couleur sur le board ?), Gaëtan Balleur échoue tout proche des quarts de finale de l’épreuve, après avoir vraiment vibré sur le tournoi. « Je me disais que j’allais éviter les regs à Barcelone et en fait, je me retrouve en table télévisée avec Astedt, Antonius, Ylitalo, Labat« , me racontait-il en rembobinant son expérience sur le tournoi.

Il n’aura pas pu faire grand chose sur ce Jour 5. Déblindé jusqu’à n’avoir plus que 12 blindes, il envoie tout de SB (620 000) avec J10 après une relance du russe Khazret Nebezhev. Le joueur russe paye avec A10 et met fin au tournoi du français à l’issue d’un board 6264J.

Alors, pourquoi ce titre « Everybody Loves Raymond » ? Découvrant que le troisième prénom de leur pote Gaëtan est Raymond, le clan Réard, emmené par Aurélie, s’est fait un malin plaisir de le charrier sur ce prénom qu’ils ont découvert en regardant l’Appli PokerStars Live. C’est aussi pour signifier que Gaëtan était bien entouré sur cet EPT, avec notamment un certain Alexandre Réard toujours prêt à débriefer à froid ses plays pendant son deep run. « Discuter avec des joueurs aussi forts que Alex Réard ou Anthony Kazgandjian m’a beaucoup aidé à progresser et à faire évoluer mon jeu. Ils sont très respectueux et ne vont pas commenter pendant que je joue, mais à froid, ils osent toujours me dire si ce que j’ai fait est nul ou pas« . Avec des amis pareils, pas étonnant que Gaëtan ait déjà les yeux tournés vers Chypre, où il disputera son deuxième EPT, après cette magnifique 26ème place.

DES GRANDS NOMS AU TAPIS D’ENTRÉE

Après un premier niveau disputé sur ce Jour 5, ils ne sont plus que 27 joueurs dans le Main Event de l’EPT Barcelone et nos trois français sont toujours en lice dans l’épreuve.

Le début de journée a été fatal à trois grands noms du poker mondial, Lucas Scafini, vainqueur du FPS Monaco en 2022, Ka Kwan Lau, dernier espagnol en lice et Ramin Hajiyev, le plus gros palmarès du field restant.

Ka Kwan Lau, 31ème de l’EPT Barcelone

Ka Kwan Lau aura été le deuxième sortant de la journée. Après un open à 80 000 de Curtis Knight, Ka Kwan Lau envoie 770 000 au milieu, se gardant 100 000. Son adversaire le pousse à tapis, Ka Kwan Lau attend quelques secondes en regardant les autres tables, puis finit par payer avec KQ, en flip contre le 99 de son adversaire.

Le joueur espagnol ne trouve aucune aide sur le flop et termine 31ème de cet EPT Barcelone pour 36 100 €.

Nous avons également perdu le « barde », alias Wouter Beltz, qui a disputé un énorme coin flip contre le canadien Curtis Knight, avec les Dames contre As-Roi pour un pot de 5 millions.

Wouter Beltz, 30ème de l’EPT Barcelone

IL L’A PAS WAHLÉ

La fin du premier niveau a été marquée par une erreur incroyable sur la table télévisée, celle de l’amateur allemand Alexander Wahl.

Avec 350k de stack, il envoie une mise à 300 000 au Hi-Jack avec A9 et seul Simon Wiciak le paye un cran à sa gauche avec KQ. Sur le flop 543, Alexander Wahl check/fold en se gardant une blinde, au grand étonnement du français.

La main suivante, Alexander Wahl envoie son tapis avec 34 et trouve un carré contre le AK de Joao Sydenstricker. Revenu à 150k, il finira par céder avec A2 contre 66 pour terminer à la 28ème place de l’épreuve pour 36 100 €. Amateur complet, Alexander Wahl possédait à peine 10 000 € de gains avant cet EPT Barcelone.

Alexander Wahl, 28ème de l’EPT Barcelone

DÉBUT DU COVERAGE DU JOUR 5

Ils ne sont plus que 32 joueurs en lice sur ce Main Event de l’EPT Barcelone, le 2ème plus gros de l’Histoire avec 2120 entrées comptabilisées sur l’épreuve.

Trois français seront en lice aujourd’hui pour tenter d’accéder aux demies, Simon « Luraken » Wiciak, avec le chiplead, ainsi que Samuel Fournier et Gaëtan Balleur. Deux d’entre eux évolueront d’ailleurs en table TV, Gaëtan Balleur et Simon Wiciak, en compagnie de deux grands noms du poker mondial, André Akkari et Robin Ylitalo.

Simon Wiciak, chipleader à l’entame de la journée

Un seul vainqueur EPT est encore en lice à 32 joueurs left, le vainqueur de l’EPT Londres 2013 Robin Ylitalo. On se réjouit également de retrouver plusieurs francophones dans le field restant, le suisse Mohamed El Rais, vainqueur du DSO Annecy, l’incontournable Thomas Boivin, qui signe ici son premier gros deep run sur un Main Event EPT, et le canadien Santiago Plante.

La partie reprend sur les blindes 20 000 / 40 000 (BB Ante 40 000).

Chip-count à 32 joueurs left :

SEAT-DRAW AU DÉPART DU JOUR 5

L’échelle des gains restants à distribuer :

Articles liés

Derniers articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars