Home / Cinq erreurs à éviter au début d’un tournoi de poker

Cinq erreurs à éviter au début d’un tournoi de poker

juin 14, 2024
par PokerStars Learn

Vous avez probablement entendu ce cliché sur le poker un million de fois : « On ne peut pas gagner un tournoi le Jour 1. En revanche, on peut le perdre. »

Bien entendu, cette phrase a vu le jour bien avant l’ère du re-buy ou des tournois PKO. En revanche, elle est toujours d’actualité et, en ce qui concerne le Jour 1 d’un tournoi live, nous pouvons réduire celui-ci approximativement aux huit/dix premiers niveaux d’un tournoi en ligne habituel.

Peu importe que votre terrain de jeu habituel soit le tournoi live nocturne de votre établissement en dur préféré ou le Big 5,50 $ de PokerStars. En effet, vous devriez éviter de commettre certaines erreurs en début de tournoi pour conserver vos jetons et votre siège.

Tout perdre avec une paire (premium)

Même si nous évitons, en général, les règles absolues, il est probable que vous n’engagiez pas vos jetons si vous jouez un pot post-flop de 100-200 grosses blinds avec une paire, et ce, même s’il s’agit d’une paire d’As ou de Rois.

Lorsqu’on joue en profondeur, les ranges peuvent être plus larges et les joueurs peuvent suivre avec un jeu plus spéculatif, car ils bénéficient des cotes implicites pour le faire. Par extension, cela signifie qu’il existe une plus grande variété de flops qui pourraient être problématiques pour nos paires premium (AA, KK, QQ).

Tentez, par tous les moyens, de constituer un pot avec ces cartes. Dans les pots multiway, il faut toutefois savoir que votre paire peut se faire laminer.

Ne pas utiliser la puissance de la position

Nous allons beaucoup parler de deep stacks et de position ici. Les premiers niveaux d’un tournoi, et ce même si les stacks sont profonds, peuvent se jouer plus comme un cash game que comme un tournoi, bien qu’il ne soit bien entendu pas possible d’ajouter des jetons à son tapis.

Cela se manifeste notamment par le fait que la position est encore plus importante que lors des étapes ultérieures. Il existe deux façons principales de s’adapter à cette situation. La première est de resserrer son jeu en début et en milieu de parole. Si vous jouez des pots depuis ces positions, il est probable que vous soyez hors position avec des deep stacks, ce qui n’est jamais confortable. Tronquez donc le bas de votre range. Balancez ce K-10o dans le muck et oubliez de jouer ce two-gapper dépareillé.

Lorsque vous vous trouvez en fin de parole ou au bouton, l’utilisation de la puissance de la position est un inconvénient. Une fois encore, aucun gros ajustement n’est nécessaire. Il suffit de relancer, plutôt que de suivre.  Placez cet élan dans un pot et prenez l’avantage au niveau des mises post-flop alors que les stacks sont profonds.

Jouer de manière trop relâchée

Avec un stack tout frais d’au moins 100 grosses blinds devant soi, il peut être tentant de miser rapidement une partie de celui-ci dans l’espoir d’en obtenir le double, notamment dans un tournoi avec rebuy. Mais spéculation n’est pas toujours synonyme d’accumulation.

Si vous vous retrouvez souvent dans des situations où vous êtes perdu post-flop, disons par exemple que vous avez 10-8o sur un flop K-8-5 (paire intermédiaire, kicker intermédiaire) face à une mise qui a été suivie, alors vous jouez probablement de manière trop relâchée. Il est facile de jouer lorsqu’on a un excellent jeu ou rien du tout. En revanche, vous pouvez facilement perdre des jetons lorsque vous vous retrouvez dans une situation intermédiaire. Vous pouvez commencer par investir modestement pre-flop, puis arriver à la rivière avec 25 % de votre stack dans le pot et aucune idée de ce que vous feriez face à une mise.

Jouer sans plan

Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans cette situation où vous jouez deux grosses blinds pour arriver au flop avec J-3 assorti ou 9-6o dans l’espoir de gagner un gros pot en touchant avec une main bien camouflée ? C’est une situation très agréable, dont on se souvient. Cela dit, nous avons tendance à oublier très rapidement toutes ces fois où nous jouons de la sorte et a) manquons totalement le flop et passons b) touchons quelque chose mais passons avant l’abattage c) touchons quelque chose mais perdons le pot face à une meilleure main.

Ce que nous essayons de dire, c’est qu’une petite erreur peut en entraîner toute une série qui seront de plus en plus grosses au fil des streets. Le moyen d’éviter cet effet domino est d’appuyer sur le bouton « Passer ».

S’inscrire à un tournoi sans en avoir les moyens

Souvent, la plus grosse erreur survient avant même que la première main ait été distribuée. Si vous vous inscrivez à un tournoi qui n’est pas à la portée de votre bankroll/qui se trouve hors de votre zone de confort, il y a des chances que vous ne jouiez pas comme vous le faites habituellement et que les sommes engagées vous effraient.

Il est important de bien gérer sa bankroll et de se cantonner aux jeux avec lesquels on se sent à l’aise. Il faut absolument tenter sa chance à des niveaux d’enchères légèrement plus hauts si l’on se sent confiant. En revanche, vous êtes certain d’aller dans le mur si vous jouez régulièrement à des niveaux d’enchères trop élevés.

Dernies articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars