Home / Cinq conseils pour vous aider à dominer vos parties à domicile

Cinq conseils pour vous aider à dominer vos parties à domicile

avril 26, 2024
par PokerStars Learn

Que serait le poker sans les parties à domicile ? Pour de nombreux joueurs de poker, c’est là qu’est née l’étincelle. En jouant pour quelques centimes autour de la table de la cuisine. C’est l’occasion d’apprendre les bases, les règles et quelques bonnes leçons sans avoir rien à perdre, sauf peut-être sa fierté et un peu de petite monnaie.

Ces tables de poker là sont probablement les plus divertissantes. Même lorsque vous quittez la table de la cuisine pour rejoindre les tables de poker des casinos en dur ou en ligne, les parties classiques à domicile gardent une aura magique et mystique. Quel que soit le niveau auquel vous jouez, c’est toujours plus amusant de gagner. Alors même si vous êtes le joueur le plus aguerri ou érudit de votre cercle d’amis amateurs de poker, nous espérons que ces conseils vous aideront à dominer vos parties à domicile.

1.  Ne suivez pas le mouvement

Au poker, il est généralement conseillé de jouer de la manière opposée à celle de la table. Si vos adversaires jouent trop serré, élargissez votre jeu pour tirer profit des joueurs qui passent trop souvent. Mais c’est rarement le cas lors des parties à domicile ! On y joue toujours trop large, et à juste titre. Ce n’est pas marrant de passer. Alors que voir les flops, les turns et les rivières, ça l’est ! Parfois, c’est la seule soirée où l’on peut sortir jouer aux cartes. Alors ce n’est certainement pas pour jouer au Texas Fold’em. Au diable la stratégie optimale, on est là pour jouer.

Nos parties à domicile (et c’est sûrement pareil pour les vôtres) sont très animées. Il est encore plus compliqué de pousser quelqu’un à passer une main marginale pré ou post-flop que de refuser une autre part de pizza. Alors quelle est la solution ? Vous pouvez jouer de la même manière : vous vous amuserez d’autant plus, bien qu’au détriment de votre stack de jetons. Il n’y a rien de mal à faire passer cet aspect de la soirée avant la stratégie de poker parfaite.

Ou alors, vous pouvez resserrer votre jeu. Pas au point d’être considéré comme une serrure – comme dit le proverbe : si on veut de l’action, il faut la provoquer. Mais commencez simplement par appliquer l’un des principes fondamentaux que vous connaissez déjà : le pouvoir de la position. Il vous suffit de jouer moins de pots en début de parole. Vous savez que vous avez peu de chances de rafler les blinds et les antes avec une relance, alors tronquez le bas de votre range de relance. Même s’il est tentant d’ouvrir avec 75, vous éviterez bien des écueils en passant vos mains marginales pré-flop. En ligne ou en live, il n’y a généralement que deux ou trois joueurs qui vont au flop. Dans les parties à domicile, il n’est pas rare de disputer des pots familiaux. Il vous faut donc des mains qui peuvent toucher le jeu max post-flop.

2. Ne succombez pas au syndrome du jeu fantasque

Parlons de deux clichés indémodables du poker : « il faut toujours miser sur vos mains faites » et « qui dit grosse main dit grosse mise ».

Bien que ces affirmations ne soient pas toujours vraies, elles sont toujours appliquées à la lettre dans les parties à domicile. Comme mentionné dans le premier point, ces parties sont toujours jouées de façon trop large, alors ne vous laissez pas emporter lorsque vous touchez une grosse main. Contentez-vous de trouver la solution la plus simple pour faire grossir le pot. La plupart du temps, le mieux est de miser gros. Pete ne va pas se laisser décourager parce que vous avez misé 90 % du pot, alors que d’ordinaire vous miseriez 40 % du pot. Quelle que soit la taille de votre mise, il suivra avec son tirage ou sa deuxième paire. Alors punissez vos adversaires. Si vous misez gros au flop, vous pouvez miser gros à la turn et générer encore plus de value avec vos mains faites.

3. En cas de doute, ne bluffez pas

Au poker, rien n’est plus satisfaisant que de faire sortir son pote d’un gros pot avec un bluff. Quel bonheur de le voir jeter la meilleure main et de révéler triomphalement votre bluff en lui montrant que vous n’aviez rien du tout.

Tout du moins, c’est comme ça que vous l’imaginez. Mais la réalité est parfois toute autre. Comme nous l’avons souligné dans les deux premiers points, peu de mains sont passées lors des parties à domicile. Les joueurs suivent trop souvent pré-flop, ils cherchent énormément les tirages et les pots impliquent régulièrement plusieurs joueurs. Si vos parties à domicile se passent ainsi, mieux vaut y aller mollo sur le bluff. Imaginons que vous relancez pré-flop avec A-K. Quatre joueurs vous suivent et le flop donne Q-7-3 rainbow. Il peut être très tentant d’effectuer un c-bet en espérant rafler le pot. Mais face à quatre adversaires, il y a de grandes chances que l’un d’entre eux ait connecté sa main et reste dans le coup. De même, prenez le même flop et imaginez maintenant que vous avez une paire de Neuf servies. Techniquement, si vous sortez l’artillerie lourde ici, ça reste un bluff. Mieux vaut voir une carte supplémentaire gratuitement ou laisser un adversaire suivre les prochaines streets, car il pense avoir la meilleure main avec sa paire de Sept.

4. Analysez les cartes, mais aussi les joueurs

Si vous organisez régulièrement des parties à domicile avec les mêmes personnes, vous connaissez sûrement plus ou moins vos adversaires et leurs habitudes de jeu. Tout le monde ne joue pas de la même façon à chaque session, mais chaque joueur a des habitudes et au moins une faiblesse dont vous pourrez tirer profit le moment venu. Si cette phrase vous laisse dubitatif, concentrez-vous simplement sur deux adversaires lors de votre prochaine partie et essayez de les lire. Jouent-ils trop large pré-flop, puis trop prudemment post-flop ? Si c’est le cas, augmentez un peu plus la pression à chaque street. Sont-ils du genre à trop s’attacher à leur main au fil des streets et à ne jamais passer une paire ? Dans ce cas, ne tentez pas de bluffer sur plusieurs streets face à eux. Il n’y a pas de mal à renoncer à une stratégie et à jeter ses cartes.

Il va sans dire que vous avez vous aussi des faiblesses que vos adversaires tenteront d’exploiter. Ce n’est qu’en les identifiant que vous pourrez contrecarrer leurs plans.

5. Faites des recherches

Selon notre expérience, il existe deux types de parties à domicile. Il y a les cash games ou Sit & Go NLHE standards. Et il y a les parties de Dealer’s Choice où tout est possible. Parfois, les parties à domicile combinent les deux : elles commencent en NLHE puis se transforment peu à peu en partie de Dealer’s Choice au fil de la soirée.

Bien que les parties de Dealer’s Choice impliquent parfois des jeux inventés sur le moment (tels que le Hold’em Double Flop, où vous devez échanger une carte avec l’adversaire à votre gauche après le flop), on y retrouve également des jeux totalement déjantés qui existent depuis des années et qui sont basés sur des formats plus traditionnels. Par exemple, le Baseball est une variante populaire du Seven Card Stud qui est régulièrement jouée lors des parties à domicile. Si vous remarquez que certains de vos compagnons de jeu ont tendance à opter pour une ou deux variantes particulières lors des parties de Dealer’s Choice, faites des recherches pour savoir comment aborder ces jeux de la meilleure façon possible. Lors des parties à domicile au format Dealer’s Choice, vous pouvez également tirer votre épingle du jeu en choisissant un jeu où la position est très importante lorsque vous êtes au bouton.

Articles liés

Dernies articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars