Home / Le continuation bet au poker : votre guide du c-bet

Le continuation bet au poker : votre guide du c-bet

janvier 26, 2024
par PokerStars Learn

Qu’est-ce qu’un c-bet au poker ?

On parle de continuation bet (ou de « c-bet ») lorsque le dernier agresseur pré-flop poursuit son jeu agressif en misant de nouveau au flop.

En No Limit Hold’em, le c-bet constitue l’une des stratégies les plus efficaces pour remporter des pots rapidement. En effet, votre adversaire est moins enclin à rester dans la main s’il ne s’est pas connecté au flop d’une manière ou d’une autre.

Mais de votre côté, vous n’avez pas nécessairement besoin d’avoir connecté votre main pour effectuer un c-bet. Vous pouvez c-bet pour bluffer, ou pour générer de la value et continuer à faire grossir le pot si vous avez une main forte.

Autrement dit, à haute fréquence, les c-bets constituent une excellente stratégie. Néanmoins, tout est une question d’équilibre. Si vous faites trop de c-bet, les adversaires observateurs pourraient vouloir vous le faire payer.

Pour savoir s’il vaut mieux effectuer un c-bet ou suivre, il est essentiel de comprendre votre main, la façon dont celle-ci se connecte avec le flop et les cartes que votre adversaire pourrait détenir.

Continuation bets – Mains fortes

Il est plus logique de c-bet pour générer de la value que de bluffer. Globalement, lorsque vous avez une bonne main (par exemple top paire ou mieux), il vaut mieux continuer à miser. Quand vous possédez une main forte, il est essentiel de faire grossir le pot autant que possible pour en tirer un maximum de value.

On peut arguer qu’il vaut mieux suivre pour permettre à l’adversaire de bluffer, mais cela implique des écueils et c’est donc rarement la meilleure option, sauf dans les situations exceptionnelles (notamment lorsque votre adversaire se comporte comme un véritable maniaque !).

Continuation bets – Mains de force moyenne

Avec une main de force moyenne, il devient plus compliqué de savoir si un c-bet est judicieux ou non. Imaginons que vous relancez préflop avec T-8. Le joueur au bouton vous suit et le flop donne Q-8-2. Vous avez donc une paire intermédiaire avec un kicker faible et une décision à prendre.

Dans cette situation, si vous misez, vous serez battu par la majorité des mains qui vous suivront (telles que top paire, paire intermédiaire avec un meilleur kicker, ou une paire moyenne servie comme une paire de Neuf ou de Dix).

Évidemment, vous battez également certaines mains comme les paires basses servies et les As-X qui n’ont rien touché. Ces mains-là devraient passer.

Mais il y a aussi des mains telles que J-T, 9-T et J-9 qui ne passeront probablement pas face à une seule mise.

Dans ce cas, il peut être préférable de checker avec votre main de force moyenne en espérant que votre adversaire fasse de même (auquel cas vous avez probablement l’avantage) ou se lance dans un bluff. Votre main est suffisamment bonne pour suivre une mise le cas échéant et vous aurez l’opportunité de réévaluer la situation à la turn ou à la rivière selon l’action.

C-bet pour bluffer

Même si vous passez totalement à côté du flop, vous devriez essayer de c-bet la plupart du temps. Les pros du poker en ligne conseillent de c-bet sur environ 65-70 % des flops, car ces bluffs ont de fortes chances de réussir.

En relançant pré-flop, vous représentez une main composée de cartes hautes (As, Rois et Dames notamment). Ainsi, les flops qui donnent l’une de ces cartes sont parfaits pour bluffer, car votre adversaire peut penser que votre c-bet vise à générer de la value.

Mais il y a également certains types de flop sur lesquels il vaut mieux éviter de bluffer, notamment les flops très connectés (tels que 9-7-8 rainbow ou K-9-7 assorti) ou les flops auxquels votre adversaire s’est potentiellement fortement connecté. Dans la plupart des cas, ce sera un mélange des deux.

Réfléchissez toujours à ce que votre adversaire peut détenir lorsqu’il suit une relance pré-flop. Dans cette situation, il s’agit bien souvent de mains avec des connecteurs assortis (comme 76) ou de mains moyennes (telles que AJ, QJ ou J10). De ce fait, si le flop donne une ou plusieurs de ces cartes, il vaut probablement mieux éviter de bluffer.

Quand c-bet fréquemment 

C-bet fréquemment revient à c-bet toute votre range ou au moins une grande partie. On peut également qualifier de « non sélective » une stratégie de c-bet qui consiste à beaucoup miser sans vraiment prendre en compte la force réelle de votre main.

En règle générale, il est préférable de c-bet fréquemment lorsque notre range bénéficie d’un avantage d’équité important par rapport à celle de notre adversaire.

Nous avons généralement un avantage de range conséquent quand :

  • Nous sommes le relanceur dans un pot simplement relancé et la grosse blind suit.
  • Nous sommes celui qui a 3-bet dans un pot 3-bet.
  • Nous sommes celui qui a 4-bet dans un pot 4-bet.

Dans toutes ces situations, on dit que la range de notre adversaire est cappée. Autrement dit, la force des mains qu’il peut avoir est limitée. Dans la première situation, il aurait 3-bet avec des mains premium. Dans la deuxième, il aurait 4-bet avec la plupart de ses meilleures mains. Dans la troisième, il serait parti à tapis (avec des tapis de départ de 100 BB).

Notre range, au contraire, n’est pas cappée et nous pouvons avoir les meilleures mains pré-flop dans les trois situations.

Articles liés

Dernies articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars