Home / Jouer à la bulle avec un petit tapis en MTT

Jouer à la bulle avec un petit tapis en MTT

août 3, 2023
MTT
par PokerStars Learn

C’est une fois à la bulle d’un tournoi multitable (MTT) que vous ressentirez vraiment les divergences de taille de tapis, non seulement à votre table, mais aussi dans tout le pool de joueurs.

Ce n’est pas quelque chose dont vous aviez à vous préoccuper jusque-là. Après tout, personne ne peut remporter un tournoi au début ou au milieu de celui-ci, alors que faire si un joueur dispose d’une montagne de jetons et vous non ? Vous avez largement le temps d’en récupérer.

C’est vrai… jusqu’au moment où ça ne l’est plus. Lorsque vous atteignez la bulle, le manque de jetons vous fait soudainement passer d’une situation peu avantageuse à un gros problème. Vous passez d’une situation où vous attendiez l’occasion de doubler votre tapis à un mode survie total. Moins vous avez de jetons, plus il est important d’atteindre les places payées (et de rentabiliser le temps et les efforts investis).

Mais comment faut-il jouer à la bulle quand on ne dispose que d’un petit tapis ?

Accrochez-vous.

Lorsque vous atteignez la bulle d’un MTT, vous vous battez dans la partie depuis généralement au moins une heure ou deux. La dernière chose que vous voulez, c’est d’être éliminé avant d’arriver dans les places payées et de repartir les mains vides.

Cela est particulièrement vrai lorsque vous avez un tout petit tapis, plus encore qu’avec un tapis moyen. En tant que stack moyen, si vous vous retrouvez à tapis dans un pot énorme, il se peut que vous sautiez et que vous passiez à côté des places payées. C’est pas de chance.

Mais si vous remportez le pot et que vous vous hissez au sommet de la courbe du nombre de jetons, vous avez là une excellente opportunité de ne pas vous contenter d’un mini-gain et de réaliser une jolie performance avec un gain bien plus conséquent. Dans ce cas, les avantages à jouer un gros pot à la bulle prévalent sur les inconvénients.

Mais avec un très petit tapis (par exemple, six blinds ou moins), même le fait de doubler votre tapis n’augmente pas de façon considérable vos chances d’aller très loin. Même si vous arrivez à doubler votre tapis, vous n’aurez quand même que 12 grosses blinds et (en fonction de la situation du tournoi), il y a quand même de fortes chances que vous fassiez encore partie des plus petits tapis.

La meilleure chose à faire, dans ce cas, c’est de jouer très serré lorsque vous avez un très petit tapis à la bulle.

Ne laissez pas la peur guider votre jeu

Cela dit, vous devez vraiment vous demander ce qui compte le plus pour vous dans le tournoi que vous êtes en train de disputer.

Peut-être jouez-vous un tournoi dans le haut de votre fourchette de buy-ins. Dans ce cas, le fait d’arracher un mini-gain peut être important pour votre bankroll.

Mais si vous jouez un tournoi que vous pouvez vous permettre de rejouer confortablement plusieurs fois, peut-être le mini-gain n’est-il pas si précieux pour vous. Réaliser une jolie percée et tenter d’être gagnant pourrait être plus important.

Donc quand vous avez un petit tapis, disons huit à 12 grosses blinds, vous devriez essayer d’entrer dans les places payées sans laisser passer les opportunités qui se présentent à vous.

Dans cet article « Le Jeu à la Bulle en tant que Short Stack », Dave Roemer explique pourquoi il est plus susceptible de sauter à la bulle d’un tournoi avec 7 à 15 grosses blinds qu’avec 1 à 6.

« Si vous trouvez cela bizarre à première vue, vous n’avez pas tort… C’est un peu contre-intuitif », écrit-il. « Mais prenez en compte les facteurs évoqués plus haut. Quand on commence à jouer avec 13 grosses blinds, on dispose d’une fold equity légitime à exploiter, et notre all-in nous permettra de prendre les blinds et les antes sans avoir à batailler la plupart du temps, ce qui permet de récupérer un nombre précieux de jetons ».

Si vous partez à tapis et que vous êtes suivi dans ces moments-là, vous pouvez doubler pour atteindre jusqu’à 26-28 grosses blinds, soit le genre d’avancée significative qui vous donnera de bonnes chances de réaliser une jolie performance.

« [Doubler son tapis] donne bien plus d’utilité du stack, en augmentant le nombre d’outils de notre arsenal et la menace que nous faisons peser sur la vie des autres stacks », explique-t-il. « Le fait de faire tapis, d’être suivi par un stack plus gros et de perdre arrivera toujours. Et lorsque cela arrivera, il sera naturel de regretter de ne pas avoir passé et sécurisé ce mini-gain. Mais la pénalité d’une élimination à la bulle dans ce scénario est compensée par les nombreuses fois où nous accumulons des jetons sans nous battre grâce aux blinds et aux antes, et celles où nous sommes suivis et où nous gagnons bien le double, en faisant de notre stack une menace réelle. Ces formes de compensation ne sont pas disponibles lorsque nous sommes assis face à quatre grosses blinds. »

Quand faut-il suivre avec un petit tapis à la bulle ?

Bonne question. La réponse ? Pas souvent.

Il est largement préférable de faire tapis vous-même et de placer la décision sur d’autres stacks que de suivre un tapis à la bulle.

Cela sera frustrant. Il n’y a pas de pire moment que la bulle pour être short stack. On voit de plus gros stacks mettre la pression et ouvrir chaque main comme si demain n’existait pas.

Mais cela ne doit pas vous amener pour autant à payer dans la seconde avec As Valet dépareillés contre un plus gros stack au bouton alors que vous êtes le premier visé pour sauter à la bulle. Réfléchissez à la taille de votre stack, à vos objectifs et à l’importance du mini-gain pour vous avant de prendre une décision.

Ce n’est pas parce que vous doublerez votre tapis que la bulle aura éclaté. La bulle continuera et vous essaierez quand même de finir dans les places payées, alors peut-être le mieux est-il d’attendre de sécuriser ce cash.

Dernies articles

Apprenez le poker avec Pokerstars Learn, entraînez-vous avec l’appli PokerStars