Le Tour de France passe la frontière ce dimanche pour rallier Andorre. 191 km au programme et un menu copieux. Sur le papier, les ascensions répertoriées ne sont pas trop difficiles et longues mais à y regarder de plus près, le dénivelé total sera plus que positif. Au sortir de Céret, le peloton se mettra en mode montagne pour la journée entière. La montée Mont Louis ne fait effectivement que 8,4 km mais les coureurs auront déjà changé de braquet depuis bien longtemps. Ensuite il faudra grimper tout en haut du Port d’Envalira, via le col de Puymorens. On sera alors au plus haut de cette édition à plus de 2400 mètres. Enfin il faudra avaler le col de Beixalis, court mais très pentu avant de fondre sur la ligne d’arrivée. Un beau tracé, pas forcément pour les leaders du général, à moins qu’un gros coup parte de loin pour faire sauter le maillot jaune Tadej Pogacar

Vingegaard se révèle

Il serait assez facile, finalement de citer Tadej Pogacar comme vainqueur potentiel de cette 15e étape. Mais on peut aussi surtout espérer que Pogacar soit challengé dès ce premier rendez-vous dans les Pyrénées. Ils ne sont pas nombreux à l’avoir fait depuis Brest. Carapaz a bien tenté une fois avant de rentrer dans le rang, mais celui qui a fait la meilleure impression reste Jonas Vingegaard. Toujours en course pour le podium final à Paris, le jeune danois porteur du maillot Blanc par procuration en course (Pogacar domine ce classement) et 3e du contre la montre de Laval, a décroché Pogacar de sa roue dans la deuxième ascension du Ventoux en début de semaine. Cela lui a assurément donné des idées et de l’énergie pour essayer à nouveau reste à savoir s’il se découvrira dès ce dimanche dans le port d’Envalira. À suivre…

Jonas Vingegaard remporte l’étape14,00

Carapaz et les espoirs d’Ineos

Voilà un autre coureur qui a osé attaquer Pogacar, lors de la 8e étape vers le grand Bornand. Il a en tous cas réussi à la suivre également. Dans une équipe Ineos totalement résignée, il semble être l’homme fort pour aller chercher un podium à Paris et surtout pourquoi pas une victoire d’étape ce dimanche à Andorre la Vieille. Il lui faudra, pour ça, franchir le sommet du dernier col de la journée à 15 kilomètres de l’arrivée pour espérer gagner. L’ancien vainqueur du Giro en est capable et pourrait faire coup double ce dimanche, tout en sauvant le Tour de France d’une équipe Ineos complètement déboussolée.

Richard Carapaz termine sur le podium du Tour1,80

Les baroudeurs à l’assaut

La configuration de course leur donne raison. Après Mollema ce samedi, l’échappée peut une nouvelle fois espérer aller au bout. Avec les écarts qu’il y a au classement général, même des coureurs du Top 20 peuvent tenter leur chance sans souci. Que dire de Vincenzo Nibali ! Déjà relégué à plus d’une heure au général l’italien de la trek Segafredo aimerait bien imiter son coéquipier vainqueur à Quillan. Le requin de Messine, vainqueur du Tour en 2014 et avec 6 victoires d’étape sur le Tour dont une en 2019 la veille de l’arrivée à Val Thorens, connaît la chanson et pourrait bien en claquer une d’ici Paris, un indice : il aime l’altitude.

Vincenzo Nibali remporte l’étape21,00

Gaudu un dernier effort

Voilà un pari osé et une belle cote ! David Gaudu traverse pour le moment ce Tour de France sans faire d’éclats. Le français de la Groupama-FDJ, est déjà à plus de 30 minutes du maillot jaune au général, voilà de quoi lui donner des idées pour les jours qui viennent. Une étape, voilà un premier objectif, le seconde un peu plus osé, aller chercher le maillot de meilleur grimpeur. Malgré son total de 0 point depuis le départ de Brest, l’opération Maillot à pois pourrait démarrer ce dimanche avec plus de 40 points à prendre sur l’étape, s’il décide de partir à l’aventure. Prime à l’audace !

David Gaudu remporte le maillot à pois31,00

Author Image

Article suivant

Loading...