Le Masters d’Augusta est un des quatre rendez-vous incontournables de la saison professionnelle de golf avec l’US Open, le British Open et l’US PGA. Il marque surtout le début de la saison des Majeurs.

La saison dernière, cerise sur le gâteau pour les organisateurs, c’est Tiger Woods, le Tigre, la légende vivante du golf, qui s’était imposé et avait revêtu à l’issue du tournoi la célèbre “veste verte”, 11 ans après avoir glané son dernier Majeur. C’était en 2008 à l’US Open.

Entre-temps, l’Américain aura longtemps erré, à la recherche de son swing. Il est donc le vainqueur en titre et aura à cœur de bien figurer face à la meute de ses poursuivants.

LE FAVORI

Rory Mcllroy, le favori à la victoire finale

Fusée golfique pendant plusieurs années, jusqu’à la saison 2014/2015, l’Irlandais a vécu ensuite le retour de bâton que beaucoup de professionnels vivent lors d’une longue carrière. Des sautes de concentration, un attrait moindre pour le golf et des déboires au classement. Mais la saison 2019 aura été pour lui celle de la rédemption, surtout sur le circuit américain. Avec notamment une victoire à la FedEx Cup, il a été élu joueur de l’année du circuit PGA à l’issue de l’année et sera à surveiller comme le lait sur le feu lors du prochain Masters d’Augusta. À 30 ans et vainqueur de quatre Majeurs dans sa carrière, l’Irlandais a repris le chemin des sommets et sera un adversaire redoutable entre les arbres de Géorgie.

[Cotes valables à l'heure de publication]

LES OUTSIDERS

Jon Rahm, l’Européen en mission

En voilà un qui brûle les étapes comme on brûle parfois la vie par les deux bouts. L’Espagnol n’a beau être professionnel que depuis 2016, il gravit les échelons à pas de géant et est déjà pressenti comme un potentiel vainqueur de ce Masters d’Augusta. Doté d’un coup de bois gargantuesque, “Rahmbo” n’a pas encore vaincu le signe indien et inscrit son nom à la liste des joueurs à avoir remporté un Majeur. Mais cela ne serait tardé. Il a les épaules et le talent pour aller chercher le Graal.

[Cotes valables à l'heure de publication]

Brooks Koepka, l’épouvantail

Remporter un Majeur n’est pas donné à tout le monde. Mais conserver son titre l’année suivante l’est encore moins. Brooks Koepka a pourtant réalisé cet exploit en 2017 et en 2018 à l’US Open. Il a même réitéré cette performance à l’US PGA en 2018 et 2019. Numéro un mondial incontesté et incontestable à l’issue de la saison 2019, l’Américain de 29 ans ne s’est pourtant encore jamais imposé sur les greens d’Augusta. 2ème derrière Tiger Woods la saison dernière, Koepka va arriver en Géorgie avec un seul objectif : ajouter dans son escarcelle déjà bien fournie un nouveau titre en Majeur et reprendre sa place de numéro un à Rory Mcllroy.

[Cotes valables à l'heure de publication]

Tiger Woods, le phénix

Il y a des coups de golf qui entrent dans la légende. Le Tigre en est un des plus grands pourvoyeurs. Tout le monde se rappelle de son trou en un sur le célèbre parcours de l’Open de Phoenix en 1997. Devant une foule en délire, l’Américain avait marqué de son empreinte le golf et sa légende. Sa victoire, la saison dernière, à Augusta, restera également dans les mémoires collectives comme une véritable revanche sur le destin. Donné perdu pour la petite balle blanche pendant de très longues années, passé d’empereur à vassal en l’espace de quelques saisons, Tiger Woods est tel le phénix qui renaît de ses cendres (tiens, tiens…). Il a enfin vaincu le signe indien et a repris le doux chemin de la victoire. Ne jamais sous-estimer une bête blessée.

[Cotes valables à l'heure de publication]

LA SURPRISE

Bubba Watson, la surprise du chef

Bubba Watson un OVNI sur le circuit mondial. Autodidacte, anticonformiste de la petite balle blanche, l’Américain étonne et détonne sur les parcours lorsqu’il en a envie. Doté d’une frappe longue distance de mule, il est rarement là où on l’attend. Vainqueur à 2 reprises à Augusta en 2012 et en 2014, le gaucher est sans aucun doute dans son jardin en Géorgie. Tout le monde se souvient de son coup de génie lors des play-offs de l’édition 2012 face au Sud-Africain Louis Oosthuizen. Bien mal-embarqué sur le trou numéro 10 après un coup l’ayant emmené dans les méandres de la forêt d’Augusta, l’Américain a sorti un coup venu des étoiles. Résultat, il a remporté le tournoi et sa légende est née. S’il le décide, il pourrait bien être l’empêcheur de tourner en rond de cette édition 2020 et celui que la foule va pousser durant les 4 jours. Les Américains étant friands de trajectoire en dents de scie.

[Cotes valables à l'heure de publication]

Author Image
Sebastien is a key author in the PokerStars Sports FR team

Article suivant

Loading...