Depuis 1916, L’US PGA est mythique pour n’importe quel golfeur amateur ou professionnel. Surtout lorsqu’on est né au pays de l’Oncle Sam. Longtemps organisé avec la formule du match play, il est depuis 1958 disputé en stroke-play. Pour les Américains, ce Majeur a toujours une saveur particulière. Preuve en est, sur les dix dernières éditions : à 6 reprises un Américain s’est imposé. Brooks Koepka en est le double tenant du titre. Le “golgoth” sera encore cette année l’homme à battre et à abattre. Enfin, particularité de cet opus 2020, il aura lieu pour la première fois de son histoire sur le parcours du TPC Harding Park de San Francisco.

LE PARCOURS

Après avoir accueilli le championnat du monde de match play en 2015, le golf californien de TPC Harding Park va voir s’affronter tous les cadors de la petite blanche durant l’été 2020. En attendant bien entendu 2025 et la Coupe des Présidents. Situé sur la commune de San Francisco, ce parcours a la particularité d’être public. Moins difficile que beaucoup de ses compères américains, il est toutefois redoutable en termes de dénivelés. Les mastodontes du bois 1 (ou driver pour les intimes) s’en lèchent déjà les babines.

LE FAVORI

Brooks Koepka, l’incontesté incontestable

Américain, costaud, bombardier des parcours, Brooks Koepka a été programmé très tôt pour exploser sur la planète golfique. Avec 200 km/h de vitesse moyenne de swing, il fait souvent étalage de sa puissance au départ des trous. Précis et adroit au petit jeu malgré son gabarit de déménageur breton, il domine le golf mondial depuis deux saisons désormais. Double tenant du titre de cet US PGA, Brooks Koepka est un homme de record. Il est par exemple devenu, lors de l’édition 2019, le premier joueur de l’histoire à terminer le premier tour avec un score de 63 et de 128 à l’issue du deuxième tour. Il sera encore cette année l’épouvantail que tous les autres cadors vont surveiller comme le lait sur le feu.

[Cotes valables à l'heure de publication]

LE FACTEUR X

Dustin Johnson, l’homme des petits rendez-vous

Surnommé Dj par ses pairs, Dustin Johnson est un phénomène outre-Atlantique. Depuis 11 ans, l’Américain a, à chaque saison, remporté au moins un tournoi sur le circuit PGA. Cela prouve sa solidité. Mais dans le même temps, il n’a pour l’instant glané qu’un seul Majeur, l’US Open, en 2016. Poursuivi pour certains par le mauvais œil, le natif de Columbia en Caroline du Sud a plusieurs fois échoué dans la dernière ligne lors de précédents Majeurs. L’exemple le plus concret étant sa deuxième place au British Open de 2011. Avec 19 victoires dans sa carrière, il aura à cœur lors de cet US PGA de vaincre le signe indien et d’en ajouter une vingtième à son palmarès.


[Cotes valables à l'heure de publication]

LES OUTSIDERS

Rory Mcllroy, la meilleure cote

La saison 2019 aura été pour le Nord-Irlandais celle de la rédemption, surtout sur le circuit américain. Il a notamment été élu joueur de l’année du circuit PGA. Vainqueur en 2019 de la FedEx Cup, Rory est redevenu Mcllroy le Magnifique. Arrivé au firmament sur le circuit aussi vite qu’une tornade dans le Midwest américain, la perle d’Hollywood aura vécu une lente récession entre 2014 et 2019. Mais, à 30 ans, il veut remonter le temps et sera un prétendant certain à la victoire finale à San Francisco.

[Cotes valables à l'heure de publication]

Jon Rahm, la quête d’un premier Majeur

L’Ibère n’a beau être professionnel que depuis 2016, il gravit les échelons à pas de géant et est déjà pressenti comme un potentiel futur vainqueur de Majeur. Doté d’un gros swing longue distance, Jon Rahm est taillé pour les longs parcours américains. Il a déjà été numéro un mondial dans la catégorie amateur et a été sacré meilleur amateur de l’US Open 2016. De bon augure pour le futur. Détenteur de 2 titres sur le circuit professionnel, il pourrait être un sérieux poil à gratter pour les autres cadors de l’échiquier 2020.

[Cotes valables à l'heure de publication]

Jordan Spieth, la bête blessée

Jordan Spieth était pourtant programmé pour devenir celui qui allait remplacer Tiger Woods dans le cœur des Américains. Le 21 juin 2015, il décroche le 115ème US Open et devient le premier joueur depuis le Tigre à remporter les deux premiers tournois du Grand Chelem (Masters d’Augusta et US Open) de l’année. Il a gagné également le British Open en 2017. Mais depuis, plus rien. 11 fois sacré sur le PGA Tour, triple vainqueur de Majeurs, Jordan Spieth n’est plus que l’ombre du n°1 mondial qu’il a été durant 26 semaines en 2015. Le Texan, âgé de 26 ans, a même quitté en janvier dernier le top 50 mondial pour la première fois depuis août 2013. Mais il faudra tout de même se méfier de ce monstre en sommeil. Il pourrait bien jouer un mauvais tour aux autres prétendants.

[Cotes valables à l'heure de publication]
Author Image
Sebastien is a key author in the PokerStars Sports FR team

Article suivant

Loading...